fbpx

Micro: un concert physique singulier

par

Par Julie CadilhacPUTSCH.MEDIA/ Crédit-photo: Pierre Grosbois/ L’accueil de Micro a divisé les avis hier soir: certains piétinaient d’impatience en espérant désespérément la fin du spectacle, d’autres ont fait une ovation à grands cris lorsque les dernières notes ont été jouées. « L’être humain est un animal musical, le rocker est un monstre musical » ( Pierre Rigal): un postulat de création original et qui suscite une vive curiosité. Concrètement?La première heure séduit l’oeil à plus d’un égard. A l’ouverture, un chanteur exécute une série de poses avec son micro sur pied: les sons, les mouvements et la lumière donnent à cette séquence des airs d’immortalité. Un hommage à la mythologie du rock. Un instant fort où le temps se fige et où l’on entend presque les hurlements hystériques d’un public fantôme. Noir. Fumigènes. Ou comme si…  » Un paysage instrumental mouvant » apparaît soudain. Les cymbales sont d’immenses champignons aux effets hallucinogènes, les loupiotes électriques des lucioles inquiétantes et le chanteur, d’Alice inquiète se frayant un chemin dans cette jungle, se métamorphose peu à peu en animal, retrouve ses pulsions primitives. Poussent alors des hommes – plantes qui jouent aussi au jeu des transformations. Au gré de multiples tableaux, apparaissent des monstres étonnants mi-homme, mi-objet qui effrayent et séduisent tout autant. Des chants séraphiques s’élèvent portés par des voix aux timbres aussi singuliers que superbes. La musique et la poésie font corps, l’humour s’immiscant au milieu de ce couple complice, donne à voir des Clowns Rock qui s’amusent avec les clichés de la scène musicale, tentent l’absurde ( en jouant sans instrument, en faisant de leurs corps des instruments) et offrent aux ratés de la scène leur heure de gloire. Bravo notamment à la délicieuse Mélanie Chartreux , sirène argentée dont chaque mouvement est d’une grande esthétique et qui se transforme en poupée de son qui a, notamment, quelques problèmes de réception fort drôles.Micro - Rigal Pierre Rigal propose un « concert physique » où le corps et les instruments dispersés sur le plateau ne sont plus simplement des supports nécessaires au bon fonctionnement de la Musique mais des protagonistes exigeants et investis d’émotions violentes: les instruments bougent, frémissent, vibrent, hurlent, les corps s’embrassent, s’enroulent, se contorsionnent. Cependant, au bout d’une heure, le concept s’essoufle, piétine et finit dans une transe collective excessive, même si on peut la justifier par l’imitation de certains groupes mythiques. On regrettera enfin l’omniprésence de Pierre Rigal sur le plateau. Ce corps-micro qui accompagne, suit chaque mouvement, en monopolisant le devant de la scène, finit par perdre de son intérêt. L’Homme-Micro ne joue plus son rôle discret de chef d’orchestre, et c’est le seul bémol de ce spectacle surprenant… Titre: Micro Conception, chorégraphie, mise en scène: Pierre Rigal Avec Mélanie Chartreux, Malik Djoudi, Gwenaël Drapeau, Julien Lepreux, Pierre Rigal. Les dates: Au Printemps des Comédiens le 14 et 15 juin 2011 A la Scène Nationale de Sète ( 34) le 6 mars 2015 à 20h30 A lire aussi: Citizen Jobs? De la pomme de Steve Jobs à celle de Blanche Neige… Hors-piste : une comédie chorale poignante Les Cinq jours en mars de la Compagnie des Lucioles Un mariage follement gai : un spectacle drôle et caustique

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à