fbpx

« Tous des oiseaux » : la liberté comme identité selon Wajdi Mouawad

par

La création de Wajdi Mouawad, titulaire du Grand Prix du meilleur spectacle théâtral et du prix de la meilleure création d’éléments scéniques 2018 de l’association professionnelle de la critique, était jouée dans l’amphithéâtre d’O au Printemps des Comédiens.

Au Printemps des Comédiens, il est des pièces qui font l’unanimité. Cette année, ce sera certainement « Tous des oiseaux ». La première création de l’auteur, metteur en scène et comédien Wajdi Mouawad (en tant que directeur du théâtre national de La Colline), nous a littéralement envoûtés. Ce n’était pourtant pas gagné, sous une bruine continue et quatre heures de spectacle en plein air… Et pourtant. La pluie s’estompe et le temps file. Voilà une œuvre prenante, incandescente, poétique.

« Tous des oiseaux » est une histoire d’amour qui va traverser les violences du monde et les cruautés humaines. Celle d’un homme et d’une femme qui se rencontrent sur fond de conflit israélo-palestinien. Une famille se déchire pour nous mener sur des quêtes identitaires qui vont bouleverser les certitudes de chacun. Se connaît-on vraiment soi-même ? Ce sera une question centrale invoquée tout du long, comme ce qu’il reste de nous, notre existence passée. « Un nom sur une pierre, ça ne dit rien des douleurs et des joies. »

Teaser Tous des oiseaux from La Colline – théâtre national on Vimeo.

 

Sur scène, des rectangles mouvants sur lesquels sont projetés des dessins teintés d’onirisme servent de décor dans lequel évoluent des comédiens engagés. Nelly Lawson et Daniel Séjourné, dans le rôle des amants maudits, sont étonnants. Notons l’humour pince-sans-rire de la grand-mère, divinement interprétée par l’actrice israélienne Leora Rivlin…

Puis cette magnifique polyphonie linguistique : de l’allemand, de l’hébreu, de l’arabe et de l’anglais s’entremêlent. On mélange pour mieux se comprendre. Des langues érigées en symbole de déchirements et de réunions. « L’identité du groupe, c’est le mal de l’humain » nous dit-on.

La pièce devient presque documentaire, possède cet aspect concret et enivrant. A des années lumières des ennuyeux débats sur l’identité dont on nous rebat les oreilles. Ah, si les discours politiques pouvaient avoir l’intelligence et la complexité de «Tous des oiseaux »… Envole-moi !

Une scène de la pièce « Tous des oiseaux » ©Production La Colline, théâtre national

 

 

 


« Tous des oiseaux »
Texte et mise en scène : Wajdi Mouawad / Avec : Jalal Altawil, Nelly Lawson, Daniel Séjourné, Victor de Oliveira, Leora Rivlin, Judith Rosmair, Darya Sheizaf, Rafael Tabor, Raphael Weinstock / Assistanat à la mise en scène : Valérie Nègre / Dramaturgie : Charlotte Farcet / Conseil artistique : François Ismert / Conseil historique : Natalie Zemon Davis / Musique originale : Eleni Karaindrou / Scénographie : Emmanuel Clolus / Lumières : Éric Champoux / Son : Michel Maurer / Costumes : Emmanuelle Thomas / Assistée de : Isabelle Flosi / Maquillage, coiffure : Cécile Kretschmar / Traduction hébreu : Eli Bijaoui / Traduction anglais : Linda Gaboriau / Traduction allemand : Uli Menke / Traduction arabe : Jalal Altawil

https://www.colline.fr/

Prochaines représentations :
Les 6 et 7 septembre 2019, TEAT Champ Fleuri, La Réunion Une scène de la pièce « Tous des oiseaux » ©Production La Colline, théâtre national

 

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à