fbpx

Printemps des Comédiens : le Don Juan débridé de Castorf

par

La pièce était l’un des événements de l’édition 2019 du Printemps des Comédiens de Montpellier. Une version signée Frank Castorf présentée en avant-première.

Voilà un Don Juan qui dépote ! Le dramaturge allemand s’extirpe du texte de Molière pour proposer un spectacle rock’n’roll, hybride et déchaîné. Il y a d’abord le monumental dispositif scénique, véritable prouesse technique et visuelle. Puis il y a les acteurs très investis qui évoluent dans des situations abracadabrantesques voire dantesques… A bas les conventions : scène, sexe and fun ! On retiendra notamment les tirades paysannes de Pierrot, la candeur délurée de Charlotte ou les trips hallucinés d’un Don Juan monté sur ressorts, tout à la fois assoiffé de liberté, de libertinage, de rage de vivre, à la lisière de la folie.

L’utilisation de la vidéo exacerbe, elle, les situations : zoom sur le tumulte environnant personnifié par les visages des acteurs filmés en gros plan ou en mouvement durant des épisodes d’épidémie de peste, d’orgies, de monologue ou… de frénétique envie de coca-cola ! Ne vous vous posez pas de questions, vivez le spectacle comme il vient ! La patte Castorf c’est aussi un nombre incalculable de références littéraires, cinématographiques et musicales, qui rythment cette dense épopée. Cet invraisemblable assemblage confère au spectacle son inventivité et une énergie atomique.

L’intérêt premier étant, évidemment, la duplicité des personnages qui leur donne une vraie profondeur. Le tout dans un contexte délicieusement anachronique où la liberté sexuelle, l’émancipation de la femme et l’affranchissement social ancrent les personnages dans un monde qui part à vau-l’eau.

Ce Don Juan souffre parfois de sa longueur (plus de quatre heures) et s’attarde peut-être un peu trop sur les aspects crus (notamment en vidéo). Mais l’ensemble est si maîtrisé que c’est un moindre défaut. Le Printemps des Comédiens a cet avantage, nous faire découvrir du grand théâtre européen surtitré. Nous avons eu là un Don Juan débridé, de haute tenue qualitative et assurément inclassable !

Don Juan

Mise en scène : Frank Castorf / Scénographie : Aleksandar Denic / Costumes : Adriana Braga Peretzki / Composition : William Minke / Lumière : Gerrit Jurda / Dramaturgie : Angela Obst / Vidéo et montage live : Marie-Lena Eissing / Son : Thomas Hütti et Maximilian Loibl / Photo : Matthias Horn
Durée : 4h30
Avec : Bibiana Beglau, Nora Buzalka, Marcel Heuperman, Aurel Manthei, Franz Pätzold, Jürgen Stössinger / Farah O’Bryant et Julien Feulliet / Caméra : Josef Motzet et Jaromir Zezula / Trois chèvres

(crédit Photo – Mathias Horn)

Laissez votre commentaire

Il vous reste

2 articles à lire

M'abonner à