Exit : une idée originale du Hip Hop et de sa singularité

par

Par Eloise Bouchet – Pour la quatrième année consécutive, La Maison des Métallos s’associe au Centre chorégraphique national de Créteil et du Val de Marne dans le cadre du festival Kalypso qui invite le public à découvrir dans dix-huit espaces d’Ile-de-France des créations hip hop aussi éclectiques que surprenantes.

Cette année, trois spectacles sont au programme, dont « Exit » des chorégraphes Soria Rem et Mehdi Ouachek. Sur scène, trois danseurs transgressent avec humour et légèreté les codes du hip hop. On sourit, on rit parfois, surtout devant les mimiques facétieuses de Mehdi Ouachek.

Soria Rem est la première Bgirl (danseuse de Breakdance) championne du monde lors du Battle of the Year en 2001 puis devient championne de France en 2012.
Mehdi Ouachek, le danseur aux allures de clown et réputé pour son « full-effect », collabore avec les plus grands, dont Kader Attou. Ensemble, ils dynamisent le hip hop. Avec eux, exit les formes figées. Place à un nouveau genre, qui mêle ingénieusement hip hop, danse contemporaine, arts du mime et du clown. Les inspirations sont multiples et les frontières, poreuses. La chorégraphie protéique se dissocie du djing ou du rap qui accompagnent habituellement la danse hip hop pour explorer d’autres styles musicaux : classique, tango, valse…

Sur scène, trois danseurs aux personnalités bien distinctes : le ténébreux breakeur originaire de Russie, Artem Orlov, l’expressif et émouvant Jackson N’Tcham, réputé pour ses « power moves », et le chorégraphe danseur aux mimiques clownesques, Mehdi Ouachek.

Tous trois attendent sur un banc. Un bus ? Une personne ? On ne sait pas. Pour combler l’attente, ils entrent en contact les uns avec les autres. Ils se regardent, s’effleurent, se bousculent, se heurtent, se piétinent. Vêtu de costumes et chemises aux couleurs sobres, chacun exprime à sa façon, avec retenue ou exubérance, sa peur devant la fuite du temps. C’est dans le rapport à l’autre, miroir de soi et de sa propre existence, et dans la danse qu’ils tentent de la conjurer. Sur ce banc, comme dans la vie, il faut aussi trouver sa place, il faut trouver une place. Les danseurs cherchent à se voler la vedette, et montrer qu’ils sont là, qu’ils existent. Danser, c’est manifester à l’autre sa présence mais c’est aussi s’assurer de sa propre vitalité.

Les rares paroles sont couvertes par une musique au niveau sonore volontairement élevé. La danse prend le relai quand les mots ne sont pas entendus. Il y a une poésie et une musicalité des corps qui évoluent dans l’espace comme les notes d’une partition en noir et blanc.

Emmenant la danse hip hop vers des univers parfois très éloignés d’elle, « Exit » séduit par son originalité et sa singularité.

EXIT

6 → 10 décembre
 2017
La Maison des Métallos
Dans le cadre du festival Kalypso
Mercredi, 20h

Jeudi, 14h
Vendredi et samedi : 19h

Dimanche : 16h


Durée : 1h

A partir de 10 ans

Tarifs : de 5 à 15 euros

avec Artem Orlov, Mehdi Ouachek et Jackson Ntcham
chorégraphes Soria Rem et Mehdi Ouachek
lumières Jean Yves Desaint Fuscien
musique Jean du Voyage
production AMC
coproduction Théâtre Les Gémeaux – Scène Nationale de Sceaux, le Centre Chorégraphique National de La Rochelle
- cie Accrorap
remerciements au Café Danse Bobby Sand de Savigny Le Temple

( crédit photo KAO )

Lire aussi nos critiques Théâtre :

« Artaud-Passion » : Lorsque le théâtre double la vie

Persée : une pièce qui dynamite joyeusement le désespoir

Hoc,ou le Nez : une pièce qui dérange

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à