fbpx

Eugène Onéguine : Anna Netrebko et Peter Mattei sous un air de triomphe

par

Par Jean-Christophe Mary – Crée en 1996, l’opéra de Tchaikovski entame sa quatrième reprise à l’Opéra Bastille avec avec la soprano Anna Netrebko et le baryton Peter Mattei dans les rôles principaux !

L’histoire se situe dans un manoir de la campagne de Saint-Pétersbourg, à la fin du XVIIIème siècle. Olga et Tatiana sont les filles de Madame Larina : la première, gaie et ouverte est amoureuse du poète Lensky, la seconde rêveuse et mélancolique. Lorsque Lensky présente son voisin et ami Eugène Onéguine à Madame Larina, Tatiana tombe follement amoureuse de cet homme. Tatiana lui écrit un poème passionné auquel Oneguine répond avec mépris. Solitaire et dénué de tout sentiment, ce dernier pousse le cynisme jusqu’à courtiser Olga lors d’un bal : la situation décuple la douleur de Tatiana et suscite une terrible crise de jalousie de Lensky, qui provoque son ami Onéguine en duel. Lensky périra lors de ce duel. Bouleversé d’avoir tuer son ami, Eugène Onéguine part pour un exil de plusieurs années. A son retour, Eugène Onéguine comprend l’amour qu’il éprouve pour Tatiana, mariée désormais au Prince Grémine. Transformé Onéguine se met à nu et confesse à Tatiana sa passion et ses regrets de n’avoir su répondre plus tôt à son amour de jeunesse. Mais celle-ci le repousse et l’éconduit à son tour, fidèle à son devoir d’épouse. Entre rage et douleur, Onéguine demeure seul et maudit le ciel.

Une somptueuse mise en lumière et le décor géométrique de Wolfgang Gussmann

Crée en 1996, Eugène Onéguine l’opéra de Tchaikovski entame sa quatrième reprise ce soir. Dans le premier acte, qui célèbrent les moissons et la rencontre de Tatiana et d’Eugène Onéguine, on retrouvera avec plaisir le décor géométrique conçu par Wolf-gang Gussmann, cet immense cube orange (pour illustrer les moissons), dont le fond est d’abord éclairé du ciel bleu d’été avant de devenir nuit noire afin illustrer la l’affrontement entre Onéguine et son ami Lenski lors du bal donné chez les Larine. La somptueuse mise en lumière devrait retrouver les couleurs éclatantes du lever de soleil et illustrer le duel et la mort de Lenski et le mariage entre Tatiana et le Prince Grémine. Le spectateur reconnaitra en fil conducteur cette lettre d’amour de Tatiana, qui, dans les mains de Lenski, devient poème d’adieu et enfin missive rageuse et désespérée dans celles d’un Onéguine dévasté par un amour devenu désormais impossible.

Anna Netrebko, l’une des soprano les plus douées de sa génération

Le rôle de Tatiana nécessite une grande chanteuse tragédienne, capable de dire et projeter des récitatifs et des airs. Ce que doit être le cas d’Anna Netrebko depuis le 12 mai, l’une des soprano les plus douées de sa génération qui triompha dans cette partition au Metropolitan Opera de New York en 2014.
Très attendu, Peter Mattei, l’une des valeurs montantes de la scène lyrique internationale endossera lui le rôle d’Eugène Onéguine avec sa belle voix de baryton. Si on ajoute à cela les décors et costumes éclatants de Wolfgang Gussmann, ces somptueuses créations lumières signées Hans Toelstede et une direction d’orchestre confiée à Edward Gardner, cette nouvelle reprise raisonne déjà aux airs de triomphe.

Du 16 mai au 14 juin 2017
Eugène Onéguine
De Piotr Ilyitch Tchaikovski et Constantin S. Chilovski
D’après Alexandre Pouchkine

Eugène Onéguine
Scènes lyriques en trois actes et sept tableaux (1879)

Musique
Piotr Ilyitch Tchaikovski

Livret
Piotr Ilyitch Tchaikovski
Constantin S. Chilovski

D’après Alexandre Pouchkine
En langue russe

Orchestre et Choeurs de l’Opéra national de Paris
Sur titrage en français et en anglais
Eugène Onéguine à l’Opéra Bastille Place de la Bastille, Place de la Bastille, 75012 Paris
Tél : 08 92 89 90 90. A 19 h 30.

( Crédit photo ©Charles Duprat / Opéra national de Paris )

Lire aussi nos actualités de l’Opéra :

Fantasio : Jacques Offenbach renaît au Théâtre du Châtelet

L’Opéra de Quat’sous : une entraînante guerre des gangs

Jérôme Pillement : « L’opéra est le mariage impossible et passionnant entre la musique et le théâtre»

Bel Canto? L’héritage de Pavarotti poursuit sa lignée

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à