fbpx

Valadon, Urillo & Utter à l’atelier de la rue Cortot

par

Par Marc Emile Baronheid – De 1912 à 1926, un trio d’artistes a occupé, rue Cortot à Paris, des lieux que son mari de l’époque avait offerts à Suzanne Valadon pour y développer ses dons de dessinateur, de peintre et de graveur. Elle les avait acquis en regardant travailler les artistes pour qui elle posait – de Puvis de Chavannes à Toulouse-Lautrec et à Renoir – et en gravant chez son maître Degas.

Elle partageait l’atelier avec son fils Maurice Utrillo (né sans qu’elle soit en mesure d’identifier le père) et son jeune amant André Utter. On y boit, on s’y dispute ; on y peint et on y grave aussi. On ne roule pas sur l’or. Tout change en 1926, lorsque le marchand de tableaux Bernheim prend à sa charge Utrillo et Valadon. La suite dans ce livre bellement illustré, permettant d’appréhender l’importance des trois artistes, notamment celle de Suzanne Valadon, femme moderne déterminée à ne pas céder aux diktats du temps et à imposer sa personnalité. Une confrontation riche d’enseignements.

« Valadon, Urillo & Utter à l’atelier de la rue Cortot : 1912-1926 », ouvrage collectif, Somogy, 19 euros

Lire aussi :

Hispano-Suiza : un nom à la portée fantasmatique

Henri Michaux & Zao Wou-ki : une amitié de 30 ans

Tournai : la porcelaine comme support des thèmes à la mode

Europe 1 : l’évolution considérable d’une radio

La Mini : la petite anglaise de BMW contée brillamment

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à