fbpx

Blackmoore : une romance exquise au coeur des landes sauvages

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ Juillet 1820. Kate Worthington cherche désespérément à échapper à sa condition de jeune fille à marier. Sa mère, redoutable nymphomane à la vision étriquée, est prête à toutes les machinations pour lui faire passer la bague au doigt. Aussi Kate, dans un dernier accès de désespoir, scelle un pacte avec sa mère. Elle pourra décider de son destin, s’éloigner de sa famille qu’elle abhorre et partir rejoindre sa tante Charlotte aux Indes si elle parvient à refuser trois demandes de mariage. Kate se rend alors au manoir de son ami d’enfance, Henry Delafield, promis à Miss St Claire. C’est là qu’elle doit susciter l’intérêt de trois hommes et décliner leur proposition. Très vite, elle réalise que cet objectif est inatteignable, davantage encore du fait de la réputation sulfureuse de sa soeur aînée. Elle demande alors à Henry un service qui risque de réveiller des émotions que l’on s’efforçait de contenir..

Un coup de coeur ! Un roman captivant, terriblement romanesque et romantique. Les amateurs de régence anglaise ne résisteront pas aux charmes de cette écriture vive et élégante qui joue avec les analepses, les secrets vainement enfouis et les passions qui se déchaînent sous la lumière mystérieuse des pleines lunes. Assurément les âmes fleur bleue vont être conquises!

« – Alors, Miss Kate, de quoi aviez-vous besoin?
Son ton était devenu plus léger, plus taquin. Sa colère semblait évanouie – ou du moins bien dissimulée. Mon ami Henry était de retour. Reprenant espoir, je répondis vite avant de perdre courage:
– J’ai besoin que vous me demandiez en mariage. »

Blackmoore
Auteur: Julianne Donaldson
Traduit de l’anglais par Alix Paupy
Éditions: Milady Romance
Prix: 15,20€
415 pages

A lire aussi:

Christel Noir : « Parce que le bonheur se trouve au bout de nos rêves. »

Jojo Moyes : moins fois moins, en maths, ça fait plus, non?

Lizzie Doron : la possibilité d’un père

Arnaud Guillon : une écriture élégante et sensuelle

Gueule de bois : une satire loin des poncifs du politiquement correct

Je vous écris dans le noir : une fiction remarquable sur la vie de Pauline Dubuisson

Mondiale Boucherie : quand la Grande Guerre s’incarne dans « l’art du désossage et de la découpe »

Alessia Valli : la « comparse de l’ombre »

Jane Austen et Abigail Reynolds : pour les faaaaans d’Orgueil et Préjugés !

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à