fbpx
Jzef

Jozef :  » Je m’entends bien avec la langue française « 

Par Marie Der Gazérian – bscnews.fr / « Dès que j’eus ma tasse de café aux lèvres, des vagues de souvenirs de la soirée de ce week-end, revenaient enfin à la surface, comme un tsunami de flashback. C’est décidé, j’arrêtais l’alcool. Installé sur le divan de velours de mon wagon en première classe, des tambours résonnaient dans ma tête. Les abricots frais, le milkshake à la banane et à la pêche, mon sirop de limonade et le yaourt au miel, tout ça créait une sorte de bazar intestinal et je détournais les yeux pour ne pas vomir. L’odeur du chocolat chaud avait maintenant embaumée la pièce, je me sentais mieux. Je fouillais alors mon gilet et je vidais mes poches de pantalon pour y trouver un chèque déchiré et des tickets de reçus à cinq chiffres. Mon budget pour l’opéra était foutu. En rentrant, il fallait que j’aille à la banque, et surtout, il fallait impérativement que j’arrive à l’heure pour cette interview »
Tous les mots en gras ont un seul et unique point commun : Ils ont tous une origine étrangère.

propos recueillis par

Auriez-vous une anecdote personnelle à nous raconter à propos d’un mot français d’origine étrangère ?
Dans l’univers de la musique nous sommes souvent confrontés à l’Anglais. Un câble est un « Link », un branchement un « plug », un flux vocal un « Flow », un battement un « Beat », etc … Bref, nous autres musiciens, nous sommes « bilingues ». Sourires. Il n’est pas rare d’entendre lors de «balances » en Festival: «Tu te plug sur le stage et tu check les wedges »… C’est drôle ! Du coup, on se rattrape lors du « show » en Français !

Comment définiriez-vous votre rapport à la langue française ?
On s’entend bien elle et moi ! Je m’amuse avec ! Par exemple, lorsque j’écris une chanson, je suis à chaque fois impressionné par le choix des mots que nous avons pour définir tel ou tel chose… c’est à chaque fois difficile de choisir ! Quel est le bon mot pour traduire cette émotion ? Les autres nous jalousent un peu.. Les anglophones notamment !

Jeune chanteur et compositeur, vous vous démarquez par vos textes. Contrairement à beaucoup de nouveaux talents qui cherchent à écrire en anglais, vous prenez le parti pris de faire une chanson à texte en français. Pourquoi un tel choix?
Le Français est ma langue maternelle, c’est avec elle que je suis « naturel ». Bien sur l’anglais est «à la mode » depuis des décennies, Mais comme je l’ai dit plus haut, la richesse du français est telle que je ne me vois pas écrire en anglais. C’est comme si je rêvais dans une langue étrangère, au réveil, mes matins seraient alors bien moroses !

Pour finir, que pensez-vous de cette manifestation annuelle pour la francophonie? Que vous inspire-t-elle ?
Cette manifestation annuelle permet de nous rappeler que le Français ne s’arrête pas aux frontière de l’hexagone, mais que cette langue est présente un peu partout dans le monde, il faut en être fiers et apprendre à nos enfants comment s’en servir, pour aimer, avancer, communiquer mais aussi se battre… Les mots sont plus puissants que n’importe quel arme !

Jozef
Le site officiel de Jozef

Dernier album : L’arrivée ( Pass Prog)

Lire l’interview de Jozef à l’occasion de la sortie de son dernier album ici

Lire aussi :

Anny Romand :  » Très vite, j’ai compris que les livres étaient des trésors qui m’aideraient à comprendre ce que je faisais là « 

Eric Scala :  » mon rapport à la langue française est au zénith lorsque j’entends Stéphane de Groodt »

Eugène Green : « La plus grande ennemie de la francophonie, c’est la France « 

Philippe Séguy et le grand amour de Napoléon

Hugues Royer : l’amour, plus fort que la mort

Ines Benaroya : un roman aux allures de contes de fées

Rosa Liksom : l’appel de la Sibérie

Irène Frain et l’aventure numérique « Beauvoir, l’enquête »

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à