fbpx

Odessey & Oracle : de la pop baroque à la lyonnaise

par

Par Nicolas Vidal – bscnews.fr / Les lyonnais d’Odessey & Oracle proposent un album tout en couleur, confectionné avec une esthétique singulière et acidulée. De la pop baroque, voilà comment se revendique ces trois jeunes gens qui réussissent le pari de faire du bon avec du vintage. À découvrir pour se redonner le sourire et recharger sa plénitude.

Quel est votre rapport à la musique psychédélique des années 60 ?
Le psychédélisme évoque des perceptions de la réalité différentes de celles communément imposées par la société et les médias, suggérant que la la réalité n’est pas unique ni absolue. En musique, cela peut se traduire par des enchaînements harmoniques imprévus, des sonorités inattendues, des mélodies surprenantes… Cette approche rejoint notre façon de composer et notre penchant pour l’imprévisible, le non conventionnel. Dans les années 60, des groupes ont largement exploité ce recours à l’expérimentation au service de musiques “populaires” non formatées (White Noise, The United States of America…).

Si vous deviez désigner un groupe de cette époque qui vous a inspiré, lequel serait-il ?
Il y en a tellement mais si un album symbolise cet absolu dans l’expérimentation dans le cadre du format pop, Smile de Brian Wilson (The Beach Boys) – qui n’est d’ailleurs pas sorti dans les années 60 – est peut-être le meilleur exemple.

Quel est pour vous la définition de la pop baroque ?
Baroque est à prendre au sens de “sophistiqué”, “fleuri”, “bizarre” (le terme baroque, vient du portugais barroco qui désigne une perle irrégulière). La pop baroque emprunte à la musique du 17e siècle son extravagance, son foisonnement et son irrévérence.

Quelle est la genèse d’Odessey & Oracle ?
Le projet est né au départ d’une utopie d’album studio, sans contraintes de temps ni d’effectif instrumental (une quinzaine de musiciens sont venus enregistrer sur l’album), mais qui par la suite a pris la forme d’une aventure live en trio.

Et d’où vous vient le nom de votre groupe ?
Odessey & Oracle est le titre d’un album du groupe anglais The Zombies, sorti en 1968, et qui constitue pour nous l’un des plus grands chef-d’oeuvres de la pop. Au delà de cette référence, le titre nous évoque un univers onirique et mystique qui colle au caractère de notre musique.

Comment vous situez-vous aujourd’hui sur la scène musicale française ?
Malgré nos influences (les 60’s, la musique baroque, la folk des 70’s, Robert Wyatt, la musique brésilienne…) on ne s’inscrit dans aucun courant revival. Odessey & Oracle, c’est de la pop du 21ème siècle comme on a envie de la faire aujourd’hui. Française parce qu’on habite en France, aujourd’hui le creuset d’influences diverses et variées, fruit d’une riche immigration mais aussi de la musique parfois lointaines, souvent découvertes via Internet.

Nos confrères des Inrocks ont dit que vous développiez « une pop baroque mêlant modernité et classicisme ». Quel est pour vous le point commun entre ces deux états artistiques ?
Il n’y a pas forcément de point commun, nous utilisons des procédés d’écriture classique (contrepoint, orchestration…), mais notre musique se veut contemporaine, pertinente pour les oreilles de notre époque.

Vous jouez sur différents instruments. On notera notamment la présence du banjo, du violoncelle ou encore de la viole de gambe. Quels apports ont-ils dans votre création ?
Nous avons tous les trois touché à la musique baroque (c’est surtout le cas d’Alice qui pratique le clavecin et la flûte à bec au sein de différents ensembles), mais nous souhaitions utiliser ces sonorités et des instruments que l’on affectionne, sortis de leur contexte d’origine comme des instruments à part entière. Dans un contexte pop, ils apportent des couleurs nouvelles, mêlées aux sonorités plus modernes voire électroniques des guitares, synthés analogiques, etc…

Si vous deviez définir votre album en deux mots, quels seraient-ils ?
Difficile de répondre ! On aimerait que notre album soit de la «pop fantastique» au sens des nouvelles fantastiques en littérature.

Odessey & Oracle
And the Casiotone Orchestra
Carton Records

Le site officiel d’Odessey & Oracle

Lire aussi :

Impulse : Jean-Philippe Allard ou l’histoire incroyable d’une renaissance musicale

Bristol : la nouvelle quête musicale de Marc Collin

Cabadzi : la pépite inclassable de la jeune scène française

Woodentrees : un léger goût d’electro sorti tout droit d’un chalet norvégien

Jolie Holland : la jeune génération de l’Americana

Bertrand Belin : Parcs, le havre d’un musicien-poète

CatFish : le duo Rock qui remue la scène française

Jozef : l’arrivée de la chanson à textes

Sylvain Rolland : le grand Ordonnateur musical du Cirque Alexis Grüss

André Robert :  » Back to Jazz  » au Petit Journal Montparnasse

Nina Attal : « Wha est une autre façon de façon de faire découvrir ces musiques afro-américaines »

Jasz : le talent à la lumière des néons du métro parisien

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à