fbpx

Bristol : la nouvelle quête musicale de Marc Collin

par

Par Nicolas Vidal – bscnews.fr / Marc Collin est le grand manitou du projet Nouvelle Vague pour lequel il a décidé cette fois-ci de s’immerger totalement dans l’univers musical important de la ville anglaise de Bristol. Pour cela, il a réuni autour de lui de jeunes (et talentueux) musiciens ( Jim Bauer, Martin Rahin, Clara Luciani, Dawn et Prudence Fontaine) pour proposer Bristol, un album où il est question de trouver de nouveaux arrangements plus personnels pour transmettre à travers les nouvelles générations de musiciens toute la puissance artistique de la scène de Bristol.

On pense notamment à Massive Attack et au collectif d’artistes The Wild Bunch qui a marqué une époque avec l’album Blues Lines. Rencontre avec Marc Collin autour de ce nouveau projet Bristol.

Marc Collin, quel rapport entretenez-vous avec la ville de Bristol ?
C’est une ville mythique qui m’a toujours fait rêver comme Manchester par exemple. Aujourd’hui la ville a beaucoup changé mais on sent encore quelque chose de spécial, un peu comme à Brighton d’ailleurs

Comment avez-vous procédé pour la sélection de ces 4 morceaux ?
J’ai fait une liste de tous les morceaux que je pourrais reprendre, en essayant de mélanger des groupes très connus comme Tricky et Morcheeba avec d’autres qui le sont moins comme Monk and Canatella, pour donner une vraie vision du mouvement, pas qu’une compilation de tube.

Comment aborde-t-on un album fait de reprises en tant qu’artiste ?
J’ai fait 4 albums avec le projet Nouvelle vague donc je connais un peu le sujet…Il faut trouver un écho dans la chanson, quelque chose de personnel que l’on a à dire en tant qu’artiste. Je crois que c’est un peu la même chose quand un metteur en scène recrée une pièce de Shakespeare par exemple. Il faut trouver quelque chose de spécial dans la chanson et être le plus personnel dans la nouvelle interprétation.

Cet album a quelque chose de pédagogique dans la manière de faire revivre une époque musicale d’un ville emblématique. Est-ce important pour vous en tant qu’artiste d’être les « passeurs » de ce projet?
Absolument, c’est important que des nouvelles générations apprennent que la ville de Bristol a crée un son qu’on retrouve partout de nos jours.

Au départ, y avait-il un fil rouge artistique dans le projet projet pour remettre au goût du jour ces artistes ou au contraire, vous avez travaillé selon votre sensibilité ?
Je voulais reprendre les chansons qui m’avaient le plus touché quand je les écoutais à l’époque. Je souhaitais offrir ma vision de ce mouvement

Si vous deviez définir en 2 mots ce projet, que diriez-vous ?
C’est un voyage dans le temps ! Imaginez que toutes ces chansons des années 90 soient en fait des reprises de grands titres des années 60 !

Où pourra-t-on vous voir en concert dans les semaines à venir ?
Au Café de la Danse à Paris le 29 avril avec le grand Jay Jay Johanson en guest

Bristol – Nouvelle Vague
Sortie le 23 mars 2015

(Crédit Photo – Sarazh Hbast)

Concerts
Jeudi 16 avril – Silencio ( Paris )
Mardi 29 Avril – Café de la Danse ( Paris )

Lire aussi :

Cabadzi : la pépite inclassable de la jeune scène française

Woodentrees : un léger goût d’electro sorti tout droit d’un chalet norvégien

Jolie Holland : la jeune génération de l’Americana

Bertrand Belin : Parcs, le havre d’un musicien-poète

CatFish : le duo Rock qui remue la scène française

Jozef : l’arrivée de la chanson à textes

Sylvain Rolland : le grand Ordonnateur musical du Cirque Alexis Grüss

André Robert :  » Back to Jazz  » au Petit Journal Montparnasse

Nina Attal : « Wha est une autre façon de façon de faire découvrir ces musiques afro-américaines »

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à