fbpx
Sarah Lancman - Dark

Sarah Lancman : une nouvelle voix dans le jazz français

Par Nicolas Vidal – bscnews.fr / Sarah Lancman est l’une des nouvelles figures du Jazz français. Repérée par Quincy Jones lors du célèbre Festival de Montreux, Sarah Lancman a parcouru bien du chemin depuis. Ce mois-ci, elle sort  » Dark » son premier album. A l’occasion de son concert d’ouverture ( accompagné au piano de Giovanni Mirabassi) dans le Club du Petit Journal Montparnasse, Sarah Lancman revient pour nous sur son parcours, la réalisation de cet album ainsi que sur sa jeune et prometteuse carrière.

propos recueillis par

Quelle fut votre première rencontre avec le Jazz, Sarah Lancman ?
Enfant, je suis allée écouter un ami saxophoniste Louis Billette lors d’un concert de Jazz au sein du conservatoire. Pour moi qui était issue d’une formation de piano classique, j’ai été littéralement subjuguée par ce que j’entendais. De plus, mes parents écoutaient souvent des disques ou des vinyles à la maison. Le Jazz a donc toujours été pour moi une musique réconfortante

Que vous évoque le Festival du Jazz de Montreux ?
Cela m’évoque beaucoup de choses notamment le fait de me retrouver face à Quincy Jones et chanter devant lui. Cela a été un rêve secret. Mais remporter le 1er Prix tout en étant son coup de coeur a pris à cette situation une dimension bien plus importante. J’ai réalisé à ce moment-là que j’avais choisi la bonne voie malgré les doutent et les interrogations qui pèsent lorsque l’on décide de consacrer sa vie à la musique.

Si vous deviez citer les influences principales ou les artistes qui ont façonnés aujourd’hui votre style et votre personnalité musicale, quels seraient-ils ?
Je pense immédiatement à Diana Krall. Encore adolescente, j’avais découvert l’album « Live in Paris » et je l’avais écouté en boucle jusqu’à atteindre une sortie d’overdose musicale.
Een me renseignant sur elle, j’ai découvert que Diana Krall avait puisé son inspiration dans le swing de Nat King Cole ou la douceur de la voix toute en sensualité de Shirley Horn. Bien évidemment, j’ai écouté les grandes chanteuses qui ont façonné l’histoire du Jazz Vocal comme Ella Fitzgerald, Sarah Vaughan, Carmen Mc Rae et tant d’autres. Je pense que c’est nécessaire d’écouter le « passé » pour construire sa propre voie dans l’avenir. Mes influences ont été également pianistiques, je pense notamment à Bill Evans, Oscar Peterson qui sont de grands mélodistes et qui ont toujours forcé mon admiration par leur lyrisme.

Votre album « Dark » sort ce mois-ci. Pouvez-vous nous présenter ce projet ?
L’album est disponible à la commande sur internet dès à présent et il sera également en vente à la Fnac du Forum des Halles à Paris dès le 2 février 2015 ainsi que sur les plateformes de téléchargement. Il sera bien entendu vendu lors du concert du lundi 26 Janvier prochain au Petit Journal Montparnasse en exclusivité.
En effet, j’ai le plaisir d’être entourée par de merveilleux musiciens. Je pense à Gaël Rakotondrabe avec qui nous avons travaillé sur la construction de ce projet. Il a su aussi me guider vers des choix de morceaux originaux et il les a arrangés avec son style inimitable. La section rythmique est composée de Fabricio Nicolas à la contrebasse et Simon Bernier. Il s’est crée tout de suite une forte connexion autant musicale qu’humaine entre nous.

S’est-il construit tout au long d’un travail de longue haleine ou êtes-vous partie sur un projet spontané qui s’est appuyée sur votre maturité musicale ?
Je pense que c’est un mélange des deux. C’est un projet pour lequel je me suis battue depuis longtemps et jusqu’au bout. Je dois avouer que ce n’a pas été facile de tout organiser seule, mais j’ai eu la chance d’être bien guidée et entourée. La spontanéité du projet a été plutôt exprimée comme une évidence. Ce projet d’album est arrivé comme un évidence dans ma vie. Cela a pris du temps jusqu’à sa réalisation finale mais je pense que c’était nécessaire à mon processus artistique car enfin maintenant je peux assumer le fait d’être « prête ».

Quelle est la signification de son titre et comment s’inscrit cet album dans votre jeune carrière ?
« Dark » est un titre de 1956 chanté par Julie London. C’est un morceau qui peut nous transporter dans un vieux film en noir et blanc. Ce morceau a été entièrement repensé et ré-arrangé par Gaël Rakotondrabe. Le titre de l’album traduit l’unité esthétique qui émane à l’écoute de l’album: une lumière feutrée et cotonneuse. L’émotion parfois mélancolique est le fil conducteur que nous voulions transmettre pour l’ensemble de cet album.

Si vous deviez le présenter en quelques mots à nos lecteurs, que diriez-vous ?
Je dirais que l’album est un moment intime, une parenthèse pour un moment d’émotions. En tout cas nous l’avons pensé ainsi.

Le 26 janvier 2015 sera l’une de vos premières dates dans un lieu historique du Jazz à Paris, le Petit Journal Montparnasse, pouvez-vous nous dire quelques mots à ce sujet ?
C’est un moment que j’attends avec grande impatience. De plus, pour cette date exceptionnellement le pianiste Giovanni Mirabassi sera à mes côtés sur scène. Pour la présentation de l’album, c’est un moment fort car nous croyons beaucoup en ce projet et je me réjouis de le partager avec les gens qui viendront nous écouter à cette occasion.

Quel regard portez-vous sur la scène du Jazz Vocal en France à l’heure actuelle ?
A l’heure actuelle, c’est difficile de trouver sa place. Il n’y a plus beaucoup de chanteuses et de chanteurs de Jazz en France à proprement parler. Je suis portée par l’exigence musicale. Néanmoins, lorsque j’ai un coup de coeur, c’est quelque de très fort.
Quand je dis « Jazz » c’est un mot qui évoque une époque, mais au-delà de cela une véritable attitude. J’ai eu aussi de véritables coup de coeur en écoutant Mathilde Jazz ou Cyrille Aimée ( lire l’interview ici ) par exemple. De plus, Marc Thomas ( lire l’article ici) est l’un de mes mentors. Musicien saxophoniste et chanteur, il a su me transmettre son amour du jazz avec toujours beaucoup d’humour et de générosité.

Où pourra-t-on vous voir sur scène dans les semaines à venir pour celles et ceux qui ne pourraient pas vous voir au Petit Journal Montparnasse ?
Il y a le festival de l’Estran à Guidel en Bretagne le 8 Mars, ainsi que le 20 Mars au chorus Jazz Club de Lausanne. Pour l’instant, nous jouons essentiellement à l’étranger mais une tournée parisienne sera bientôt prévue sur laquelle nous communiquerons.

> Sarah Lancman sera en concert ce lundi 26 janvier au Petit Journal Montparnasse à 21H30

Petit Journal Montparnasse
13 rue du Commandant Mouchotte – 75014 PARIS
01 43 21 56 70
infos@petitjournalmontparnasse.com

> Réservez vos places sur ce lien

Sarah Lancman – Dark
Blew Records
Sortie en Janvier 2015

Le site officiel de Sarah Lancman : www.sarahlancman.com

(Crédit Photo Hervé Le Gall)

Lire aussi :

Airelle Besson et Nelson Veras : un duo jazz magique

Andréa Motis & Joan Chamorro : un duo jazz fait d’élégance et de simplicité

José James : le pape de la musique totale et sans frontières

Awa Ly : une nouvelle vie de Jazz

Beat Funktion : la révélation Jazz née dans une discothèque suédoise

Gabriela Arnon : de New York à Paris entre jazz et folk

Nancy Goudinaki : de la Grèce à New York pour exprimer son talent

Cyrille Aimée : la frenchie qui cartonne aux USA

Natalia M.King : la Beat Generation, la route et la musique

Buika : la rage de chanter

David Krakauer : un Checkpoint entre Jazz et Klezmer

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à