fbpx

Saint-Laurent de Bertrand Bonello : un biopic peu convaincant

par

Par Mélina Hoffmann – bscnews.fr/ Quelques mois seulement après la sortie du flm de Jalil Lespert, c’est au tour de Bertrand Bonello de nous proposer sa vision de la vie du célèbre couturier. Une approche assez différente dans la mesure où le réalisateur fait ici le choix de ne pas expliquer le processus de création de la marque, ni de relater la rencontre entre Yves Saint Laurent et Pierre Berger, pour nous plonger directement au coeur de la vie du créateur. En trois actes explorant trois périodes importantes concentrées entre 1967 et 1976, nous découvrons la sensibilité exacerbée, la grande intelligence et l’imagination foisonnante de celui qui a libéré la femme grâce à des vêtements de tous les jours sensuels.« Le film ne montre pas comment Saint Laurent est devenu Saint Laurent, mais ce qui lui en coûte d’être Saint Laurent. » explique le réalisateur.

C’est en effet un personnage fragile, doté de beaucoup d’humour et d’une certaine légèreté qu’interprète Gaspard Ulliel. Un homme qui, au sommet de sa gloire, ne sait plus qui il est et touche le fond à de nombreuses reprises, notamment aux côtés du troublant Jacques de Bescher qui le pousse dans ses retranchements. Pas de version édulcorée, toutes les facettes de la personnalité d’Yves Saint Laurent nous apparaissent, même si Bonello insiste davantage sur sa part sombre, et notamment sa sexualité débridée, son état dépressif, et son goût pour les paradis artificiels.

Les acteurs sont convaincants dans leurs rôles respectifs, et la précision avec laquelle le travail de couture est présenté est admirable. Toutefois, entre certaines scènes qui traînent un peu trop en longueur, des allers-retours temporels incessants dans la dernière partie du film, deux passages dans lesquels la nudité est inutilement détaillée, et des procédés de split screen inadaptés à l’habillage général du film, on ne se laisse pas franchement embarquer par ce biopic. Bertrand Bonello part un peu toutes les directions sans vraiment en explorer aucune, ce qui donne au final un film décousu, plat et assez fouillis.

Saint Laurent
Réalisé par Bertrand Bonello
Avec Gaspard Ulliel, Jérémie Renier, Léa Seydoux, Louis Garrel, Amira Casar, Helmut Berger et Aymeline Valade.

Sortie en salle le 24 septembre 2014.

A lire aussi:

Des chevaux et des hommes: un très beau film baroque venu d’Islande

Fastlife : Peut-on briller éternellement?

Dragons 2 : une suite de haute volée

The Face of Love : une passion peu crédible mais un style artsie vivifiant

La crise de la quarantaine décortiquée à la mode ibérique

Nos étoiles contraires : une romance bouleversante qui défie la maladie

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à