fbpx

Gaston et Gustave : l’impossible jumeau de substitution

par

Par Félix Brun – bscnews.fr/ Olivier, écrivain de 40 ans, vit en Normandie avec ses deux garçons et son épouse Camille, enceinte de jumeaux. Ils aiment voyager et décident avec toute la famille de se rendre au festival « Etonnants Voyageurs » à St Malo. La semaine suivante, alors qu’Olivier est à Paris pour son travail d’éditeur, Camille accouche prématurément : l’un des jumeaux, Arthur, n’a pas survécu. Gaston, de son côté, se bat pour survivre à l’hôpital de Rouen « au quatrième étage, en réanimation où luttent la vie et la mort . » Olivier se sent coupable et son existence est rythmée par les visites quotidiennes à l’hôpital : « Gaston ressemble à une petite bête blottie, sur le ventre, dans son terrier. » Il butte chaque jour sur la statue de Gustave Flaubert qui trône dans la cour du CHU de Rouen.

Depuis l’âge de quatorze ans, Olivier admire Flaubert, « le patron des écrivains », qui lui a donné le goût de l’écriture. Flaubert est partout,au crématorium même : « Il ouvre une porte sur laquelle j’ai le temps de relever le nom : Gustave Flaubert .Il y a un pont Flaubert, un lycée Flaubert, et maintenant une salle d’incinération Gustave Flaubert. » La culpabilité d’Olivier dans ce drame tourne à l’obsession maladive du personnage de Flaubert, à travers ses similitudes avec le grand écrivain qu’il entremêle et associe au combat de Gaston pour vivre: « Et quelle est la responsabilité de Flaubert, gardien du temple de la littérature et du CHU Charles-Nicolle ? » Olivier s’interroge, doute dans cette démarche quasi mythique : « Mais quelle idée d’accoler Gustave à Gaston ? Faut-il être empoisonné par la littérature. Laissons cet enfant dans la vie. Ne lui collons pas des fantômes littéraires. Qu’il reste libre ! Pourquoi lui donner un jumeau de substitution ?[….]Au diable les livres ! Les pères en littérature ! Découvrir Flaubert à quatorze ans, c’est une malédiction. » Alors que Gaston grandit et se développe normalement, Camille quitte Olivier à l’issu d’un été presque de bonheur. Cette nouvelle déchirure entraîne notre écrivain sur les traces de Flaubert immortalisées dans « Par les champs et par les grèves »: « Que signifie ce désir de mettre mes pas dans ceux de Flaubert ? De payer ma dette au père ? De le tuer au contraire ? »
Olivier devient lucide, mettant en cause le fait « d’avoir le nez dans le travail comme d’autres dans la cocaïne » : « A force de lecture, on se compose une famille aussi forte que celle du sang et dont on ne peut se défaire à sa guise. Ce qui nous forme nous déforme. »

Un ouvrage de méditation dans le désastre, à propos de la survie d’un enfant et la mort de son frère. Dans cet ouvrage autobiographique, l’auteur ne triche pas, ne simule rien de tous les états qu’il subit : l’abattement, la culpabilité, le chagrin , le désespoir, la révolte, le besoin de crier, les questions sans réponse, et aussi l’espérance et le bonheur de la paternité. Voilà un texte sensible, pudique, magnifique et terrible . Entre douloureuse confession et cogitation littéraire , ce livre bouleversant est empreint d’un réalisme cinglant : « La bêtise du monde ? Elle nous submerge. Quel orgueil ! Nous ne voulons pas faire partie de la masse mais nous appartenons au flot, à cette humanité dont on s’efforce en vain de se distinguer. Le temps se charge de nous verser dans l’entonnoir du plus grand dénominateur commun. »

Titre : Gaston et Gustave
Auteur : Olivier Frébourg
Edition : Folio / Genre: Récit de vie

A lire aussi:

Le maître bonzaï : un roman qui touche à la sève et au sang

Philippe Huet et ses égarés de la plage

En cas de forte chaleur : une simple histoire de famille irlandaise…ou presque !

La passion amoureuse aux trois trésors

Marianne Maury Kaufmann : Dédé, enfant phare

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à