fbpx

Quand Amour et Fantastique se conjuguent (presque!) à l’unisson

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ Alice est une jeune fille brillante mais ses nombreux ratés amoureux l’ont rendue méfiante vis à vis de la gent masculine. D’ailleurs, Alice, qui a un don un peu spécial survenu juste après le décès de sa grand-mère, s’est donné une mission: révéler aux petites amies trompées les infidélités de son compagnon. Jusqu’au jour où John, son meilleur ami, décide subitement de ne plus la voir, qu’elle commence un nouveau job dans les ressources humaines et qu’elle rencontre le mystérieux Raphaël Noiral : mystérieux, oui, parce qu’il est le seul être pour lequel le pouvoir d’Alice s’annule. Qu’est-ce que cela signifie? Alice saura-t-elle résister à l’envie qui la pousse inexorablement dans les bras de ce beau séducteur sur le point de se marier? Cessera-t-elle de se mêler de la vie des autres et de vouloir être une justicière?

On s’attache à cette jolie Alice et la dimension fantastique du roman est très vite assimilée et acceptée par le lecteur : cette dernière ajoute d’ailleurs du charme au récit . Il n’y a rien d’exceptionnel dans cette romance si ce n’est qu’on se laisse piéger par la nature ténébreuse et joueuse du pendant masculin d’Alice : Raphaël est un bourreau des coeurs, un classique du genre que toutes les femmes redoutent : imprévisible, tantôt attachant et fragile, tantôt fort et sûr de lui, il incarne le cliché séduisant de l’homme insaisissable. Un roman fait pour rêver et se réveiller ensuite en priant pour qu’un individu de ce ramage ne s’approche pas trop de son coeur : Raphaël Noiral est en effet parfait pour la fiction, terrible pour la réalité. Nous préciserons tout de même que l’écriture de cette jeune auteure d’à peine 25 ans est assez simpliste et n’a pas d’attrait particulier ; l’intrigue est cependant bien menée et l’utilisation de chapitres jonglant entre le passé et le présent est plutôt judicieuse. Un roman aux ambitions mesurées qui séduira des lecteurs peu aguerris qui souhaitent passer un moment agréable d’évasion.

« La période de Noël a quelque chose de féérique.La nuit dévore la journée de bonne heure. Les bâtiments troquent l’éclat du soleil contre les étincelles des décorations. Quelques chants traditionnels résonnent dans la rue. Les vitrines sont surchargées de faux Père Noël, de faux cadeaux, de faux sapins. La vie semble se dégrader en rouge, en blanc et en vert. Une sorte de fièvre monte, celle des préparatifs, de la perspective des fêtes. Moment salvateur pour certains, promesse de retrouvailles tant attendues; austères soirées pour d’autres. Comme pour moi. Je n’aime pas ce bilan obligatoire.Revoir sa famille, ces personnes à qui je ne parle pas le reste de l’année, mais pour qui il faut faire semblant l’espace de quelques heures. Les fameuses questions répétées cent fois : « Alors tu en es où, toi? » , « Comment ça se passe, au travail? » , « Et les amours? » Il faut alors s’armer de courage, dégainer son sourire le plus radieux, le plus factice. »

Titre: Ce qui nous lie
Auteur: Samantha Bailly
Collection: Grande Romance
Editions: Milady
Prix: 15,20€
Genre : Romance (18-30 ans)

A lire aussi:

Un road trip torride et passionné

Littérature et amour : «Et son livre m’a sauvé la vie»

Corée : l’improbable héritière aux multiples facettes

Le malheur en bandoulière et le courage de Sofia

Jean-marc Savary : un roman très jazz

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à