Suisse : le carré infernal d’Hans Was Heiri

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ Hans Was Heiri est la création musicale et visuelle de deux metteurs en scène suisses au vent en poupe, Martin Zimmermann et Dimitri de Perrot.

Hans was Heiri est une expression suisse-allemande qui veut dire «au bout du compte, c’est du pareil au même.» Le spectacle part ainsi de l’idée que les humains se ressemblent beaucoup et qu’ils se distinguent peu dans leurs sentiments et leur fonctionnement. D’où la question peut-être de savoir si la vie n’est pas simplement le cuisant échec de notre volonté à tenter d’être original sans y parvenir….

On y découvre sept interprètes oscillant entre le clown, la danse, l’acrobatie et le théâtre. Genre hybride, s’apparentant souvent à du « théâtre-cirque » ( Rosita Boisseau, Le Monde) , Hans Was Heiri s’amuse donc à caricaturer nos travers du quotidien et , de ce point de vue-là, certaines scènes sont hilarantes. A ces situations concrètes détournées, la troupe ajoute une touche de poésie délirante, rehaussée d’un jeu d’échange de costumes colorés séduisant. On reprochera toutefois la fâcheuse tendance de cette compagnie à « l’insistance malavisée » : aussi ce qui ravissait tantôt finit par lasser. Les élucubrations de la glotte de Tarek Halaby et de son personnage fort singulier en sont un exemple probant: tour à tour prof de yoga illuminé, vamp sur talons aiguilles ou encore vieille afro-américaine vindicative, on applaudit ses métamorphoses et la qualité de son chant jusqu’à ce que ses piailleries finales finissent, de par leur longueur, par gâcher sa prestation.
L’intérêt de cette création circassienne réside surtout dans le « carré infernal » qui trône au centre du plateau: représentant quatre pièces d’un appartement, cette structure offre aux metteurs en scène la possibilité d’inventer de nouvelles manières de faire du cirque : les scènes dans cette « machine » provoquent un véritable émerveillement visuel et n’oublient pas de se colorer de notes d’humour pertinentes….On regrette donc presque qu’elles n’aient pas été plus nombreuses ou du moins n’aient pas été accompagnées de minutes à terre plus digestes et moins brouillonnes. Le côté « dérapages et virages incontrolés » n’est pas nouveau sur les scènes contemporaines et il serait temps de ranger cette mode du « négligé chic » au placard….

Hans Was Heiri
De Zimmermann et de Perrot
Avec Tarek Halaby, Dimitri Jourde, Dimitri de Perrot, Gaël Santisteva, Mélissa Von Vépy, Methinee Wongtrakoon, Martin Zimmermann
Durée: 1h20
À partir de 10 ans
Création 2012

Représentations:
– Les 12,13 et 14 décembre 2013 au Théâtre Jacques Carrière ( Domaine d’O, Montpellier)

– 10.01.2014 au 12.01.2014 au Cultuurcentrum – Brugge

– 15.01.2014 au 18.01.2014 au Théâtre de Namur

– 30.01.2014 au 02.02.2014 au KVS – Koninklijke Vlaamse Schouwburg – Bruxelles

-06.02.2014 au 08.02.2014 à la Kaserne – Basel

– 27.02.2014 au 28.02.2014 au Dansens Hus – Stockholm

– 31.03.2014 au 01.04.2014 au Belgrade Dance Festival

– 10.04.2014 au 11.04.2014 à la Scène Nationale de Besançon
– 15.04.2014 au 16.04.2014 Residenz Theat – München

A lire aussi:

Timber! : La puissance circassienne des bûcherons québécois au son du banjo

Symphonik : Sous le chapiteau, le cirque d’Arlette Gruss et son univers enchanteur

Mañana es Mañana : une création à l’âme poétique et au coeur voyageur

Le Cirque invisible : Place à la poésie et aux métamorphoses !

Matamore : un acrobate mi-ogre mi-clown à rencontrer

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à