Amélie ou les aventures d’une cocotte cocufiant son coquin avec un drôle de coco : une pièce cocasse, quoi !

par

Par Florence Gopikian Yérémian – bscnews.fr/ Lorsque les pièces de Feydeau sont bien interprétées, c’est un vrai régal d’y assister. Tel est le cas de la dernière mise en scène d’Henri Lazarini qui a porté son dévolu sur le succulent vaudeville ‘Occupe-toi d’Amélie’.

Cette pièce, frivole et pleine de froufrous, nous raconte les aventures d’Amélie d’Avranches, séduisante cocotte parisienne recevant avec volupté dans sa maison close… ouverte à tout le monde. Partagée entre un père maquereau, un frère valet et un superbe amant en uniforme, elle déborde de bonté, de poitrine et d’allégresse. Ne sachant pas dire non, cette croqueuse d’hommes se retrouve bientôt victime de sa générosité en acceptant d’épouser Marcel, le meilleur ami de son amant. Ce pauvre Marcel est, en effet, sans le sou et son parrain ne l’autorise à mettre le grappin sur son immense héritage que le jour de ses noces. De fil en aiguille les choses vont évoluer mais …dans le mauvais sens : Marcel n’étant pas eunuque, il va se retrouver lové entre les bras ronds et caressants de la belle Amélie ! Amant trompé, ami outragé, cocotte tiraillée, père exaspéré…Comme il est de coutume dans les satires bourgeoises de Georges Feydeau, les évènements vont tourner à la farce tragique avec, en bonus, l’apparition exotique d’un Prince de Pataliputra, amoureux fou de l’imprévisible Amélie !
Dans une mise en scène grimpant crescendo en rires et en ressorts, cette pièce nous happe comme une tornade ! Au son d’un vieux gramophone, les sketches se succèdent et défilent aussi vite que les quiproquos. Les acteurs ne sont pas nés de la dernière pluie et ils inondent la scène avec brio de leur audace professionnelle. Frédérique Lazarini incarne une Amélie aguichante et bonne poire : armée de ses yeux de chat et de sa cuisse affriolante, elle manie la gouaille franche des filles du faubourg mais possède le cœur d’une reine. Pour « soutenir » cette libertine, Bernard Menez s’est glissé dans le rôle du père avare et sans scrupule : droit comme un piquet, l’œil petit et épingleur, l’acteur joue le mesquin avec dérision et n’hésite pas à jeter sa fille dans les bras des hommes pour en soutirer un pactole palpable. De son côté, Cédric Colas compose avec souplesse et virtuosité un Marcel Courbois des plus ébahis : maitrisant le comique de panique autant que la mimique liquoreuse, cet acteur parade en caleçon long durant la moitié de la pièce et nous offre un personnage attachant au possible ! Passant de l’homme crédule au couillon désabusé, il sourit comme un enfant, se grime spontanément un air de chien battu et joue les imbéciles heureux en calculant son loyer du bout de la chaussette. Dans un registre radicalement opposé, son parrain (Marc-Henri Lamande) chamboule la pièce et l’emporte vers une frénésie des plus délirantes : avec son nom de clown explosif « Van Putzeboum », le voici qui surgit en cape rouge de son Anvers natal. Abracadabrant, sautillant, fantasque, ce parrain picaresque porte une sublime moustache fine et un regard éberlué qui le font ressembler comme deux gouttes de grenat à un Salvador Dali à l’accent belge ! La surprise finale de cette radieuse troupe de comédiens repose sur le jeune Kevin Dargaud qui s’est royalement fondu dans le personnage du Maharadja ! Caricatural au possible, il croule sous des centaines de joailleries, s’exhibe en caleçon de soie rose et parle avec une dignité impériale en roulant les fesses autant que les rrr …
Que dire de plus ? Que du bonheur et de la bonne humeur ! Il nous en faut pour passer l’hiver !

Occupe-toi d’Amélie
De Georges Feydeau
Mise en scène : Henri Lazarini assisté de M.H Lamande
Avec : Bernard Menez, Frédérique Lazarini, Cédric Colas, Marc-Henri Lamande, Kevin Dargaud, Stéphane Douret, Thomas Ganidel…

Théâtre 14
20, avenue Marc Sangnier – Paris 14e
Métro : Porte de Vanves

Jusqu’au 31 décembre 2013
Mardi, vendredi, samedi à 20h30
Mercredi, jeudi à 19h – Samedi à 16h
Réservation : 0145454977 (du lundi au samedi de 14h à 18h)
http://theatre14.fr

A découvrir aussi:

Alter Ego : une alliance entre magie et mentalisme pour une rêverie partagée

Olympe de Gouges : du Lucernaire au Panthéon ?

Au Théâtre 13, Lady Macbeth vole la vedette à son époux

The Improfessionals : Place au rire et à l’improvisation … in English!

La jeune fille et la mort : « Tant que subsiste la mémoire des faits, il ne peut y avoir de pardon… » (Stefan Zweig)

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à