Saviez-vous que Sancho Pança était philosophe ?

par

Par Florence Gopikian Yeremian – bscnews.fr/ Et si vous revisitiez vos classiques dans une toute petite salle de théâtre ? Se déployant sur une scène miniature et quatre longues banquettes de velours rouge, l’Aire Falguière a choisi de mettre en scène le chef d’œuvre de Cervantès. Le parti pris de la Directrice, Geneviève Rozental, est intéressant : elle attribue le premier rôle de la pièce non pas au noble Don Quichotte mais à son écuyer ! Caché derrière son gros ventre et sa gouaille amusante, c’est donc Sancho Pança qui va nous narrer les aventures rocambolesques qu’il a vécues sur les terres de la Mancha.

Face à lui, l’oreille tendue, une belle duchesse (Marion Amiaud) aux souliers de satin l’écoute tout en endossant le rôle de sa locutrice. Un livre sur les genoux, elle trône plaisamment sur sa chaise en découvrant toute une palette d’exploits imaginaires réalisés par deux compères n’ayant jamais réussi à gagner une seule bataille.
A la fois drôle et moraliste, la mise en scène de ce roman épique est servie par des acteurs cocasses. Sylvestre Bourdeau incarne un Don Quichotte des plus burlesques : la moustache haute, l’œil aux aguets et la cuisse velue, il éperonne fièrement Rossinante et personnifie à ravir le chevalier fou. Son accoutrement est d’ailleurs en adéquation totale avec ses hallucinations : une passoire en guise de casque, un couvercle pour parer les attaques et une fourchette bien piquante pour remplacer son épée !
De son côté, Sébastien Faglain interprète avec appétit le rôle paillard de Sancho Pança. Chevauchant sur un âne de bois, son outre de vin collée à la panse, il se plaint de flatulences et se plait à dormir du matin au soir. N’ayant aucun courage, il a l’honnêteté d’avouer que l’aventure peut le séduire tant qu’elle demeure éloignée de toute mésaventure…
On connaissait Sancho le benêt, le serviteur lâche et paresseux, mais voici que l’on découvre un tout autre visage à ce nigaud : à force de se lamenter sur son pauvre sort d’écuyer, Sancho est devenu philosophe. Au fil des discussions qu’il enchaine avec son maitre, il remet en question sa condition de valet et jette un regard lucide sur la société qui l’entoure. Faut-il être pessimiste comme Don Quichotte au lieu de sourire à la vie ? Faut-il prôner une fierté chevaleresque et devenir victime de son honneur au lieu d’user du mensonge pour se sortir de mauvaises situations ? Faut-il enfin être instruit pour ne porter sur ce monde qu’un regard idéaliste dénué de toute vérité ?
Tandis que la sagesse de Sancho le hissera jusqu’au haut rang de gouverneur, son bon sens lui fera reprendre son humble rôle d’écuyer : la vie est finalement bien plus amusante loin de toute responsabilité ! Mieux vaut la savourer paisiblement aux côtés d’un fou comme Don Quichotte !
Une farce élégante entre morale et coups de bâton où l’on comprend, hélas, que la bêtise gouvernera éternellement ce monde !

Sancho Pança
Mise en scène: Geneviève Rozental
Avec Sébastien Faglain, Sylvestre Bourdeau et Marion Amiaud

Théâtre Aire Falguière
55, rue de la procession – Paris 15e
Métro Plaisance – Volontaires

Jusqu’au 15 décembre 2013
Le dimanche à 15h30 et le mardi à 19h
T. 0156580232

A lire aussi:

Laissons ressusciter les figures de Giacometti, le temps d’une mise en scène…

La leçon d’amour de Joe Dipietro et Jimmy Roberts

Frous Frous : Qu’est qu’une femme fatale ?

La générale Pompidou : Et si vous alliez faire un tour dans les coulisses des Dames de France ?

Labyrinthe : Life is just an illusion

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à