Tempête de chaussettes : à l’assaut de Hamlet !

par

Par Florence Gopikian Yérémian – bscnews.fr/ La petite Olga s’ennuie. Obligée de garder le lit à cause d’une forte fièvre, elle dépérit dans son grenier et ne sait plus quoi faire.

Elle saute sur ses draps, chante à tue tête et vide ses tiroirs en lançant ses habits en l’air mais rien n’y fait : excepté sa mère qui n’a jamais le temps, elle ne voit personne et n’a pour confident que son ours en peluche, le dévoué et silencieux Monsieur Nounours… Oh, il y a bien cette voisine, Mme Kochka, chargée de la garder lorsque sa mère s’en va, mais elle pue comme une vieille sorcière et offre des galettes plus pourries que ses dents ! Alors Olga s’évade ! Oh, non pas à travers la campagne ou au fil des ruelles. Non, elle s’évade au-delà de tous ces lieux : dans son imaginaire. En feuilletant les pages d’un livre de Shakespeare, elle laisse malgré elle sortir un personnage qui prend place dans sa chambrette: barde étrange à tête de squelette, il apparaît soudain grimé d’un masque blanc. Confondue et craintive, la petite Olga va progressivement s’attacher à ce faiseur de rêves qui parle et déclame comme dans les beaux livres. Ensemble, ils vont partager de folles aventures, parcourir les océans, affronter des tempêtes de draps bleus et terrasser un énorme rat dont la queue ressemble étrangement au tuyau d’aspirateur de sa mère…Dans un décor bric à brac, fait de vieilles chaussures et de bouts de ficelles, ce jeune trio parvient à transporter toute la salle: les plus jeunes s’égosillent en imitant les mouettes, les énergumènes se déchainent en tapant sur des casseroles, les demoiselles se parent de colliers de coquillage, les plus courageux lancent des chaussettes sur les méchants et certains tentent même d’attraper la queue de Messire le Rat ! Face à une telle interactivité, les parents rient de bon cœur et s’étonnent de voir à quel point ce texte à double lecture peut stimuler les boites à paroles de leurs progénitures. Car il faut le dire : quel que soit leur âge, les enfants sont littéralement happés par le conte et n’hésitent pas à parler directement aux acteurs ! On entend des « Ohh ! », des « Attention, il est là ! », des « Tiens Olga, tu as fait tomber un vêtement »…La pièce se joue dans tous les sens et les comédiens, très fairplay, s’amusent à questionner les enfants afin de récolter des réponses d’une divine naïveté. A mille lieux des écrans de DS et de PSP qui atrophient le cerveau de nos chères têtes folles, ce voyage imaginaire est une véritable bouffée de fraicheur. Même si Laure Nathan hurle parfois comme un véritable timonier, elle et ses camarades ont trouvé le ton juste pour éveiller la conscience des enfants et démontrer aux parents qu’un vieux coffre et deux raquettes peuvent devenir le plus beau des navires et nous faire arpenter d’autres océans que ceux de l’Internet ! Shakespeare l’avait bien dit: « Nous sommes fait de l’étoffe où sont brodés les rêves… ». Un message porteur d’espoir, à méditer …

BLA DI BLA DI BLA
Spectacle pour enfants à partir de 4 ans (seulement si on est courageux !)

La Tour Vagabonde
18, rue de l’Hôtel de Ville
75004 Paris

Avec Laure Nathan (la petite fille), Marie Suran (la mère) et Guillaume Carrier (le barde)
www.lesmillechandelles.com

Jusqu’à fin juin 2013
Résa : 07 78 52 52 27

A découvrir aussi:

Des incontournables pour se poiler!

Lewis Carroll à la sauce carotte

Les carnets de Cerise: une histoire pétillante pour les amoureux de la Nature

Arlequin et la magie de Venise

Diarabi et Mansa : l’amour ne meurt jamais

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à