fbpx

La première phrase de Jean-Christophe Grangé

par

« Le cri était prisonnier des orgues »

Ainsi débute le « Miserere » de Jean-Christophe Grangé (Albin Michel). Un roman qui quitte le sillon de « La Ligne noire et du « Serment des limbes » pour en revenir aux premiers textes de l’auteur (« Le Vol des cigognes », « Les Rivières pourpres »). Un scénario dense, un duo de flics que tout oppose, des éclairages terribles de l’actualité…
Comme l’expliquait Grangé avant la parution du livre : « Ce devrait être une série B d’horreur, un livre plus court, avec des meurtres bien sanglants. Ça devrait s’appeler Miserere, mais pas un truc religieux, un roman d’angoisse, de meurtres sur la voix humaine. Quelque chose de vraiment inquiétant. ».
(Source : http://bonnefous.blog.20minutes.fr/).
Et quelque chose, aussi, de vraiment réussi.

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à