fbpx

Marlène Schiappa, une déclaration très très confuse sur la liberté d’informer

par

Marlène Schiappa, Ministre déléguée était l’invitée ce lundi 23 novembre de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV.

Lorsque Jean-Jacques Bourdin lui pose la question sur le cas pratique de diffusion d’images de policiers en train de commettre des violences à l’antenne ou sur les réseaux sociaux par un journaliste dans une manifestation, Marlène Schiappa confirme les doutes de toute la profession, qui ne cessent de se révéler tangibles et liberticides.

La ministre déléguée répond notamment  « qu’il y a une loi et il appartiendra au magistrat de dire si le journaliste sera condamné » .

Après la sortie de Gérald Darmanin sur les journalistes et la Préfecture la semaine dernière, cette déclaration de Marlène Schiappa finit par faire éclater au grand jour un flou qui pourrait laisser entrevoir les véritables visées de cette loi, destinée à nous entraver dans notre liberté d’informer.

Par souci d’équité, nous publions également ci-dessous l’intégralité du passage sur cette loi dans laquelle Marlène Schiappa se contredit et semble très confuse sur le périmètre de la loi. On ne peut pas évoquer d’une part la liberté d’informer comme inscrit dans la loi et préciser d’autre part que ce sera au « magistrat de dire si le journaliste sera condamné » dans le cas de diffusion d’images. D’ailleurs Jean-Jacques Bourdin a lui-même tiquer à cette confusion à l’antenne.

Enfin, Marlène Schiappa, lors de cet entretien semble faire une distinction entre les journalistes de chaînes d’infos en continu et les autres. On apprécie.

Par sa confusion flagrante, cette déclaration est lourde de sens et porte atteinte très gravement à la liberté d’informer et à la liberté de la presse, laissant planer le doute dans l’exercice de notre travail d’être conduit devant un juge et condamné pour avoir filmé les forces de l’ordre dans une manifestation. Nous sommes des dizaines à faire notre travail depuis de longs mois, en prenant déjà de sérieux risques pour notre intégrité.

Après la mise en place du nouveau Schéma du maintien de l’ordre en septembre dernier sous les ordres de Gérald Darmani, cela commence à faire beaucoup.

( Capture d’écran Twitter)

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à