fbpx

Trois auteurs de l’étude sur la chloroquine publiée par Lancet se rétractent

par

Le premier à émettre des doutes sur la véracité de l’étude sur la chloroquine publiée par The Lancet a été le professeur Didier Roult. Le 26 mai il avait qualifié de « foireuse » la recherche défavorable à l’usage de la chloroquine, parue dans la revue médicale britannique.

Quelques jours plus tard, le professeur marseillais était revenu à la charge en dénonçant la non publication d’un article dans The Lancet. Ce texte était dédié à une étude portant sur 900 000 patients qui aurait pris de l’hydroxychloroquine, avec un résultat de 0 décès. «On a franchi la ligne rouge. On publie des choses qui ne sont pas dignes» avait déclaré le professeur marseillais dans une vidéo .

Le 4 juin, nouveau coup de théâtre : The Lancet a annoncé que trois des quatre auteurs de la recherche défavorable à l’usage de la chloroquine, se sont rétractés.  Ces derniers ont adressé une lettre à la revue en déclarant : «Nous ne pouvons plus nous porter garant de la véracité des sources des données primaires». Les trois auteurs ont également dénoncé que le quatrième auteur, propriétaire de la start-up Surgisphère, de leur donner accès à la base de données. Des données collectées justement par Surgisphère.

Suite à l’annonce de The Lancet, l’Organisation Mondiale de la Santé est revenue sur la décision d’interdire les essais cliniques de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine.


(photo à la une : une boîte de Plaquenil- © Ghisalberti /Putsch)

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à