fbpx

Edgard Lielausis : « Nous sommes devenus une sorte de centre culturel pour des personnes qui ont envie de débattre »

Dans le cœur de Riga, il y a un lieu qui est un mélange entre une librairie, un bar et un lieu d’animation. C’est : « Robert’s Books ». On y retrouve une grande variété de livres d’occasion en plusieurs langues, qu’on peut même commander par internet. Un idée née dans le but de faire circuler la culture et de donner une deuxième vie à des livres. Putsch a rencontré le gérant de ce lieu incontournable de la capitale lettone.

propos recueillis par

Parlez de  Robert’s Book’s…

C’est difficile de dire ce que ce lieu est actuellement. Mais on sait d’où l’on vient. A l’origine, c’était une librairie de livres en anglais, et d’occasion. Son fondateur est un ex journaliste américain, Robert Cottrel, qui l’a ouverte il y a dix ans quand il s’était établi à Riga. Puis il y a cinq ans j’ai repris cette activité. A l’époque je demandais à mes amis pourquoi ils ne revenaient pas après un premier passage. Ils me répondaient: tu ne vends que des livres !

C’est à ce moment-là que vous avez décidé d’enrichir l’offre de ce lieu ?

Oui. D’abord j’ai intégré une cafétéria, puis un bar. Ensuite, les gens venaient prendre un verre après le travail, alors nous avons organisé des concerts. Maintenant nous sommes devenus une sorte de centre culturel pour des personnes qui ont envie de débattre. Des personnes qui aiment confronter leurs points de vue.

 

« Des fonctionnaires des ambassades en service à Riga qui, à la fin de leur mission, nous donnent leurs livres avant de quitter la Lettonie »

 

Les livres constituent le noyau de votre activité…

Bien sûr. Nous recevions beaucoup de livres d’occasion dans un très bon état, mais la demande ici en Lettonie n’était pas assez importante. Donc nous avons lancé un service de vente en ligne de ces livres, qui est utilisable aussi depuis l’étranger.


Justement, à propos de votre activité sur internet, votre offre de livre s’adresse à un public qui vit en dehors de votre pays, est-ce le cas ?

Oui, toute personne qui cherche un livre en langue étrangère d’occasion, peut vérifier s’il est présent sur notre site. Si c’est le cas, nous le lui ferons parvenir. Nous fonctionnons un peu comme Amazon.

Vous enregistrez chaque livre que vous recevez en don ?

Oui. C’est la partie la plus complexe de notre travail car chaque livre est unique. Pour chaque volume, il faut préparer une fiche, prendre une photo, établir dans quel état il se trouve et puis le mettre en ligne.

Quels sont les livres les plus demandés ?

Notre offre est très variée et éclectique. Robert, qui collaborait à The Economist, avait une section dédiée aux livres sur la politique ou l’histoire. Ce sont toujours les sujets les plus demandés par nos clients.

 

« Pour chaque volume il faut préparer une fiche, prendre une photo, établir dans quel état, il se trouver et le mettre en ligne. »

 

La seule condition que vous posez pour accepter un livre c’est qu’il soit d’occasion et publié en une langue étrangère ?

En effet c’est comme ça. Nous avons commencé avec les livres en anglais. Mais avec le temps nous avons reçu plusieurs volumes en allemand. Parfois il y a aussi des fonctionnaires des ambassades en service à Riga qui, à la fin de leur mission, nous donnent leurs livres avant de quitter la Lettonie. Nous récoltons aussi des livres en d’autres langues, et parfois en Francais

 

 


Librairie « Robert’s Books »
adresse : Dzirnavu iela 51-1 Riga, Lettonie LV-1010

www.robertsbooks.lv

 


A lire également :
* Elina Braslina : « On essaie de briser les aprioris des Lettons sur la BD »
* Luīze Pastore : “Dans mes livres, j’essaie de faire comprendre aux enfants que le passé est intéressant”
Vestard Shimkus : « Tout semble destiné à être jeté rapidement. Parfois, j’ai le sentiment d’être le seul artiste à ne pas vraiment aimer ça »

 


(crédit photo à la une : l’entrée de « Robert’s Books » ©M. Ghisalberti/Putsch)

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à