Frédérique Vidal ou comment faire passer une réforme sur Konbini

par

«  Aucun problème avec ParcourSup » assure Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur.

La ministre Frédérique Vidal apparaît dans une vidéo publiée et réalisée par le site Konbini pour faire la promotion du très décrié Parcoursup. On appelle cela de la « com ».
Que la ministre défende une politique d’orientation universitaire quelle qu’elle soit n’est pas condamnable en soi, c’est d’ailleurs l’une de ses prérogatives. Libre à ses détracteurs, les principaux intéressés et l’opposition de s’insurger, de débattre et de contester l’efficacité voire l’existence de Parcoursup. Là n’est pas la question dans cet article. Mais la forme, elle, pose beaucoup de questions.

 

Capture d’écran – Konbini

 

Une forme de propagande version cool attitude

Sur un fond jaune, encadré par deux claps et rythmé par des questions colorées, voilà un clip de promotion au format Konbini pour faire passer le discours institutionnel au plus grand nombre d’étudiants. Le site Konbini, plébiscité par un public jeune a été très clairement choisi par les services du Ministère pour tenter de convaincre les étudiants sceptiques sur l’efficacité de ParcourSup.

L’aura cool et mainstream de Konbini aurait-il laissé à penser certaines éminences grises du Ministère que ce format pourrait avoir un effet émollient sur la vindicte estudiantine. Autrement dit, on suppute Rue Descartes que les jeunes internautes de Konbini seraient exonérés de libre-arbitre et d’esprit critique.

Plus inquiétant encore, le format d’énonciation : aucune question sensible, aucune demande d’éclaircissement, aucun rebond ou de contextualisation de la mesure, ni la présence visible de journaliste, Frédérique Vidal déroule ses éléments de langage, sans obstacle ni contradicteur.

Cette stratégie de communication élaborée par le Ministère est très mal venue, et encore plus lorsqu’il s’agit de celui de l’Enseignement Supérieur, de la recherche et de l’innovation, censé formé au mieux les citoyens de demain.

Cette stratégie de communication, similaire à celle de Françoise Nyssen, Ministre de la Culture, qui avait tourné une vidéo sur le Pass Culture, pose la question de la profondeur du fossé qui se creuse, tous les jours un peu plus, entre les cabinets ministériels parisiens et les citoyens dans leur grande majorité.

Et on ne peut s’empêcher de penser à cette phrase de Georges Orwell « Faire de la publicité, c’est agiter un bâton dans l’auge à cochons. » .

Konbini ou pas.

 

( visuel – capture d’écran – Konbini )

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à