Musée du Louvre : le passionnant et très actuel Théâtre du pouvoir

par

Par Nicolas Vidal – Le Musée du Louvre ouvre pour sa troisième saison la Petite Galerie et propose une passionnante exposition sur « le Théâtre du Pouvoir ». A l’heure des grandes mutations politiques qui s’opèrent dans notre pays, le sujet revêt un intérêt majeur pour mieux appréhender la représentation du pouvoir. L’exposition couvre une période extrêmement longue qui court de l’Antiquité à nos jours et tente de démontrer comment l’art et la politique sont intrinsèquement liés.

Quarante oeuvres issues du musée du Louvre, du Musée national du château de Pau, du Château de Versailles et du musée des Beaux Arts de la Ville de Paris, sont ainsi dévoilées au public afin de mettre en exergue la mise en scène du pouvoir depuis le 4ème siècle avant JC en Mésopotamie et en Egypte où est apparu un pouvoir central. Il a été choisi un découpage autour de quatre thèmes : les figures du prince, Persuader pour légitimer le pouvoir, le modèle antique et les insignes du pouvoir.

Le Théâtre de pouvoir : l’art comme outil de propagande

L’homme politique, le prince , le roi et le monarque utilisent l’art pour asseoir leur légitimité mais aussi comme un outil de propagande. On y voit notamment Henri IV en Jupiter dans une statue de Bronze signée Barthélemy Prieur ou encore terrassant l’hydre de Lerne en Hercule. Pendant son règne ( 1589-1610) Henri IV avait notamment utilisé son image comme vecteur de notoriété et de grandeur politique en utilisant de nombreuses représentations sur des supports très différents.

Il est intéressant de s’attarder également sur les insignes du pouvoir exposés dans la quatrième salle : les régalia, pour ceux qui ont survécus à l’Histoire car la plupart ont souvent été détruits, perdus ou changés avec le temps. N’omettons pas de vous signaler les représentations de la République par Joseph Chinard ou le cette statue à l’expression autant passionnée qu’émouvante qu’est le Génie de la Patrie par François Rude. Incontournable.

« L’histoire de l’art offre une incroyable liberté de regard. La Petite Galerie veut apprendre à regarder, à décoder, pour pouvoir émettre un avis subjectif, dire de manière raisonnée, intelligente « j’aime » ou « je n’aime pas », pour construire sa propre vision du monde et son rapport à l’autre. Je crois q’un des rôles du musée est d’y contribuer » nous explique Jean-Luc Martinez, président-directeur du musée du Louvre.

Tout un dispositif numérique est mis à disposition du public pour mieux comprendre ce qui est proposé dans l’exposition avec des numérisations en 3D, des animations, des diaporamas, des cartels ainsi que des feuilletions numériques. Le bénéfice du numérique dans l’art et la culture est très souvent surfait. Dans ce cas néanmoins, il apporte une réelle valeur ajoutée à cette exposition soignée, passionnante, équilibrée et extrêmement bien construite pour appréhender comme le pouvoir ne cesse de se mettre en scène jusqu’à nos jours.

L’exposition « Théâtre du pouvoir » est visible jusqu’au 2 juillet 2018. Néanmoins, ne tergiversez pas et nous vous recommandons d’y aller dès que possible avant qu’elle ne vous passe sous le nez.

Commissaires de l’exposition : Paul Mironneau, directeur du Musée national et domaine du château de Pau et Jean-Luc Martinez, président-directeur du musée du Louvre

Théâtre du Pouvoir
Petite Galerie
Musée du Louvre
De 9 H à 18 H, sauf le mardi
Tarif : 15 euros
Gratuit pour les moins de 18 ans.
www.ticketlouvre.fr
www.petitegalerielouvre.fr

Du 27 septembre 2017 au 2 juillet 2018.

( Visuel : 14_Olivier Roller, Les Figures du pouvoir (extrait) – quadriptyque. Louis, roi – Bernard-Henri, penseur – Jules, empereur – Jacques, conseiller, 2009-2016. Tirages aux encres pigmentaires, contrecollÈs sur aluminium © Olivier Roller, Paris )

Lire aussi dans notre sélection d’expositions :

René Goscinny : l’histoire de l’homme racontée pour comprendre l’artiste

Musée du Louvre : Johannes Vermeer, génie solitaire de son temps

Gérard Garouste : un aperçu original de l’artiste au BAM

Pierre Alechinsky : un catalogue « à remarques marginales »

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à