fbpx

Paul Mc Cartney : une carrière solo relancée

par

Par Jean-Christophe Mary – Universal présente une version remasterisée du mythique »Flowers In The Dirt » de Paul Mc Cartney co-écrit avec Elvis Costello.

Après avoir connu la gloire avec les Beatles dans les 60’s et avec les Wings dans les 70’s, Paul McCartney connaît une série de revers avec ses albums produits dans les 80’s. Conscient qu’hormis l’excellent « Tug of War » paru en 1982, ses albums « Pipes of Peace » (1983), « Give My Regards to Broad Street « (1984 ), « Press to Play « (1986 ) et « Choba B CCCP » (1988) n’ont pas été à la hauteur des attentes du public, alors il décide de retrousser les manches pour s’atteler à l’écriture de ce qui donnera « Flowers in the Dirt ». L’idée est d’écrire une série de chansons en tête avec Elvis Costello comme il le faisait avec John Lennon, dont certaines apparaissaient sur Spike de Costello et dont quatre se retrouvent ici. La collaboration McCartney-Costello se révèle être une réussite aux niveaux des thèmes abordés, des sons et des productions plus ambitieux pour Flowers in the Dirt. Le résultat n’a pas nécessairement abouti à un album plus réussi que ses prédécesseurs, mais il avait plus de cœur, d’ambition et de nerf, ce qui était la bonne option. Cet album est passé entre les mains de neuf producteurs différents parmi lesquels Trevor Horn, Mitchell Froom et Chris Hughes et aura servi de tremplin pour relancer les tournées de Paul Mc Cartney.

Paul Mc Cartney : de belles chansons remixées pour l’occasion

Nous retrouvons donc de belles chansons dans des versions remixées en 2017 et quelques autres moins connues. Sur ces deux CD de plus d’une heure, chacun y trouvera son compte. La signature Mc Cartney y est reconnaissable entre mille, dominée par la variété des sons, la souplesse des mélodies, la richesse des harmonies. Mentions particulières pour ces versions poignantes de « My Brave Face », « des chansons en forme de clin d’oeil reggae « How Many People », folk entrainant «Put It There », le groovy « Rough Ride », le rock’n’rollesque « Figure Of Eight » les émouvantes «We Got Married » ou poignantes « Distractions » soit un bel équilibre dans ce contenu que l’on redécouvre avec plaisir et permet de mesurer à quel point le génial bassiste a pu relancer sa carrière solo après cette crise commerciale et artistique des années 1980.

Paul Mc Cartney
Flowers In The Dirt ( Universal )

Lire aussi dans nos choix musicaux :

Tony Paeleman : celui qui fait du bien au Jazz

The Volunteered Slaves : un jazz inventif et inflammable

Born Idiot : Afterschool, la séduisante pop indé rennaise

Jonathan Edo : Ikorita, un univers musical singulier

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à