fbpx

Fleetwood Mac : Warner Bros fait revivre Tango in the Night

par

Par Jean-Christophe Mary – Warner Bros continue de rééditer les albums de Fleetwood Mac de l’un des groupes majeurs du pop folk des 70’s et des 80’s. Pour fêter le 30eme anniversaire de « Tango In The Night » voici réunis dans un coffret collector l’album original décliné en version stereo et mono, augmentés de nombreuses versions live, remixes et demos.

Lorsque paraît Tango In The Night le 13 avril 1987 Stevie Nicks , Lindsey Buckingham, Mick Fleetwood, Christine et John McVie de Fleetwood Mac sont des super stars. Dix ans déjà que « Rumours » véritable usine à tubes s’est vendu vend à plus de 40 millions d’exemplaires dans le monde. Dix ans aussi que les musiciens pris dans le tourbillon de la célébrité conjugue le tryptique drogue, violence conjugale, jalousie. Cet album sera le dernier composé et enregistré avec Lindsey Buckingham qui mettra un terme à leur association avant la tournée montée pour la promotion. En tant que producteur principal aux côtés de Richard Dasuht, le guitariste impose sa créativité musicale que l’on trouve sur « Is not It Midnight », « Seven Wonders » ou l’excellent « Everywhere ». Son utilisation réfléchie des synthétiseurs modernise le son Fleetwood pour l’incrire durablement dans les 80’s. Sans aucun doute, «Family Man» et «Caroline » sont parmi les meilleures chansons jamais écrites par Buckingham. Le groupe utilise les claviers, les boites à rythmes cette technologie qui est dans l’air du temps au milieu des 80’s.

Fleetwood Mac : la libération sexuelle des années 80

Composé en grande partie par Lindsey Buckingham et Christine McVie. Tango In The Night recèle les meilleures chansons depuis « Tusk ». Le solo de guitare final sur le titre qui donne son nom à l’album « Tango In The Night » est un longue plainte déchirante. L’écriture est beaucoup plus mûre, plus subtile, parfois osé tel ce « Big Love » où l’on entends les gémissements sexuels de Buckingham dans le chœur. Nous sommes dans les années 80, celle de la libération sexuelle, pas encore dans les années sida . Le seul titre faible serait « Family Man » qui détonne avec son étrange style rythmique, son refrain en échos lointain, ses guitares flamenco. Christine McVie nous entraine dans une douce rêverie « Everywhere », nous berce par l’entêtant mélodie de « Little Lies », durcit le ton sur «Is not It Midnight ». La voix douce et rassurante de Mc Vie s’élève vers les cimes et rappelle la grande époque de « Rumours ». Des trois contributions de Stevie Nicks, « Welcome to the Room…Sara » « When I See You Again », c’est certainement « Seven Wonders » , qui est le plus marquant, le seul titre qui suit une structure couplet refrain claire. La mélodie de « Welcome to the Room…Sara » les voix et l’instrumentation sont monocordes. Malgré tout les mélodies entêtantes de « Big Love », « Everywhere », « Seven Wonders » « Tango In the Night « en font le dernier albums marquant de la discographie de Fleetwood Mac.

Le nouvelle version du mythique album de Fleetwood Mac, « Tango In The Night », est disponible sous format Deluxe (3 CD, DVD et vinyle), 2 CD et 1 CD.

Lire aussi dans nos choix musicaux :

Eric Clapton : « Live In San Diego » l’un de ses meilleurs lives

Depeche Mode : Spirit, un nouvel album d’une beauté vénéneuse

Fred Chapellier : un détour musical à faire

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à