fbpx
Ilhan Ersahin - Istanbul Session

Ilhan Ersahin : les racines du saxophone

Par Nicolas Vidal – bscnews.fr / Il est sans en doute l’icône du Jazz turc. Le saxophoniste Ilhan Ersahin a appris la musique en Suède, la joue à New York et l’exporte en Turquie en amenant dans ses bagages des projets et des musiciens. Au gré de ces rencontres, de ses inspirations et de ses voyages, il joue la musique à sa mesure et planche toujours sur plusieurs projets simultanément. Nous recevons aujourd’hui Ilhan Ersahin aussi énigmatique que génial. Ilhan Ersahin pratique un jazz obsédant et solaire. La découverte Jazz du mois !

propos recueillis par

Pouvez-vous nous parler de votre rencontre avec le saxophone ?
La rencontre a eu lieu il y a maintenant un certain temps… Il faut retourner à Stockholm où je suis né et où j’ai vécu jusqu’à ce que j’ai 20 ans. Il y a eu quelques « incidents » qui m’ont fait commencer à jouer du saxophone. Une de ces raisons est que j’adore les Rolling Stones et j’adore le joueur de sax qui les accompagnait sur plusieurs de leurs albums dans les années 70, Bobby Keys.
Simultanément durant la même période, j’ai beaucoup aussi écouté de musique « ska », et le groupe the English Beat avait un grand saxophoniste, ainsi que Ian Dury et les Blockheads qui comptait sur un saxophoniste de talent. Certains de mes amis ont monter un groupe de style « ska » et ils m’ont demandé, « Hey ! Tu veux jouer du sax dans le groupe? ». J’ai accepté et je suis sorti pour louer un saxophone. Deux mois plus tard, j’ai fait mon premier concert .

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur l’histoire du projet « Istanbul Session» ?
On m’a demandé de jouer à une fête privée, il y a 7 ans, à Istanbul. Alors j’ai eu cette idée de demander à des amis de monter sur scène et d’improviser avec moi. Mais d’improviser sur une musique dansante. Nous nous sommes tellement amusés que nous l’avons ensuite refait à plusieurs reprises, puis nous avons décidé de monter un groupe et j’ai commencé à écrire dans cet esprit. C’est ainsi que le groupe est né…

Que représente pour vous le projet Wonderland qui regroupe des personnalités musicales de premier plan ?
Mon projet Wonderland de Ilhan Ersahin apporte des saveurs et des sentiments tziganes
arabesques et turc. Il est très différent de Sessions Istanbul à cause de cela. Husnu Senlendirici and clarinet est une grande voix pour ce groupe. C’est mon hommage profond à cegenre de musique.

Quel est le lien entre ces deux albums ?
Eh bien, le lien est se trouve avec Istanbul, ainsi qu’avec la musique turque. Depuis quelques années, j’ai l’habitude d’amener des musiciens et des projets que j’ai ici à New York pour jouer à Istanbul. Alors, bien sûr, en sortant de plus en plus à Istanbul, j’ai commencé à rencontrer de nombreux musiciens. Il était donc naturel de lancer ces deux groupes et ces deux projets différents. Mais le but et la musique sont deux choses très différentes. Istanbul Sessions est devenu un gros son de scène pour lequel nous jouons avec beaucoup de matériel. Wonderland, quant à lui, est un projet élégant et délicat.

On a lu que vous viviez entre Istanbul et New York où vous avez dans ces deux capitales une activité musicale très dense. Que vous apportent musicalement ces deux villes ? Est-ce que le club de Jazz le Nublu est l’une des pistes de réponses ?
Je vis à New York en fait, mais oui, je vais beaucoup à Istanbul, mais pour ne pas vous
embrouiller plus je suis aussi souvent à Sao Paulo qu’à Istanbul.
Ces trois villes sont pour moi incroyables, très similaires mais culturellement très différentes. Dans les
grandes villes, il y a beaucoup de choses à faire, beaucoup de gens à rencontrer et énormément de gens créatifs . En quelque sorte l’idée de Nublu prend tout son sens dans ces villes, et peut-être que cela serait même possible partout ? J’aime vraiment ces trois villes … c’est très excitant dans tous les sens.

Quel regard portez-vous sur la scène du Jazz en Turquie ?
C’est une scène en pleine expansion à coup sûr. Je me souviens dans le milieu des années 90, quand j’ai commencé à jouer là-bas, il y avait seulement une poignée de musiciens jazz. Maintenant, il y en a beaucoup. Pendant longtemps, tout le monde a été influencé par le jazz fusion, qui est peut être quelque chose de très effrayant, je pense. Mais, pendant ces dernières années, les musiciens ont commencé à chercher leur propre style pour exprimer des sentiments et des histoires d’une manière plus personnelle, plus intime. Je pense que c’est le bon chemin. C’est en fait la seule façon de faire de la musique jazz et de la musique créative.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur la création de votre label Nublu Records ? Pourquoi avoir eu envie de lancer un album et de créer un club de jazz à New York ?
Eh bien le nom du label est venu très naturellement. J’ai commencé Nublu en 2002. En 2005, nous avons eu tant de grands et passionnants groupe que l’idée de « obviosuly » (évidemment) est venu. Surtout depuis que la création de label est difficile et étrange maintenant, et dans un sens, il c’était encore plus étrange en 2005, lorsque le numérique a commencé. Je pense que c’est amusant et est excitant parce que bon ou mauvais avec le format numérique, vous pouvez atteindre le monde très facile. Ce qui est passionnant.

Vous avez fait paraître de très nombreux albums et parfois jusqu’à plusieurs par an. D’ou vous vient cette activité intense et cette production impressionnante ? Un besoin de jouer permanent ? L’envie de s’associer à de nouveaux artistes ?
Eh bien … je fais de la musique à peu près tous les jours, et il y a 365 jours par an … si vous êtes créatif je pense que c’est facile d’avoir ce rythme. Je pense aussi que le fait d’avoir choisi d’avoir de nombreux projets au lieu de me limiter à un seul groupe, c’est un choix qui est plus difficile qu’un autre. Je ne sais pas pourquoi j’ai choisi de faire ça, mais je l’ai fait. En quelque sorte ma façon de
faire de la musique est un très bon un moyen de partage et de collaboration. Je pense que j’ai choisi le jazz pour ces raisons. Et bien sûr, le saxophone vous permet de jouer avec beaucoup de différents musiciens, de groupes ainsi que de styles.

Si vous deviez recommander à nos lecteurs un album de jazz, lequel choisiriez-vous ?
Oh mon dieu, il y a beaucoup de grands albums. Ils sont tellement nombreux. Il est vraiment impossible d’en choisir un particulier. Cela dépend des jours. Aujourd’hui, je dirais Bitches Brew de Miles Davis.

Istanbul Sessions
Ilhan Ersahin
Nublu Records

Wonderland
Ilhan Ersahin
Nublu Records

www.ilhanersahin.net

( crédit photo – DR )

Lire aussi les interviews suivantes :

Noëmi Waysfeld : le chant du souvenir et des origines

Yngvil Vatn Guttu : une musicienne singulière et globetrotter

Agathe Iracema : une voix envoûtante

Yonathan Avishai : « J’aime autant l’histoire de la musique que ce qu’elle exprime « 

Avishai Cohen : la grâce de la maturité

Romain Cuoq & Anthony Jambon : la jeune garde française du Jazz

Dreisam : un jazz ouvert sur le monde

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à