Orianne Moretti : une intellectuelle romantique et passionnée

par
Partagez l'article !

Par Florence Yérémian – bscnews.fr / Orianne Moretti est un être multiple: derrière sa voix de soprano et son joli minois corse d’origine polonaise, elle décline une vaste palette de talents. Danseuse classique, metteur en scène, mais aussi historienne, cette intellectuelle romantique est passionnée par tout ce qu’elle entreprend et refuse de se laisser cataloguer. Du haut de ses 34 ans, elle a déjà réalisé trois opéras de chambre et travaille actuellement sur une nouvelle oeuvre lyrique autour des amours entre Alma Mahler et Oskar Kokoschka. En attendant les répétitions de ce spectacle à l’Opéra de Reims, Orianne Moretti vient de sortir un CD dédié aux Lieder de Clara Schumann. Le BSC News l’a rencontrée autour d’un sirop d’orgeat…

Partagez l'article !

Vous êtes issue de l’école de Ballet de Marseille, comment êtes-vous passée des pointes au chant lyrique?
J’ai commencé par faire du violon jusqu’à l’âge de 14 ans avant d’intégrer le Ballet Roland Petit de Marseille. A l’époque de Zizi Jeanmaire, c’était un lieu pluridisciplinaire où l’art du mime côtoyait en permanence la danse et la musique. Le sort a voulu que je me blesse au pied et que j’abandonne à regret mon rêve d’étoile. Comme je possédais une voix naturelle, mon professeur de chorale m’a confiée à une soliste de l’opéra de Marseille qui m’a patiemment initiée au chant. C’était très difficile car j’ai progressivement du déconstruire mon corps de danseuse pour entrer dans l’enveloppe corporelle d’une soprano. Pour cela j’ai fait appel à la Technique Alexander et j’ai participé à des Master Class qui m’ont appris à poser ma voix, doser mon souffle et améliorer mes postures.

Vous avez débuté dans une opérette d’Offenbach?
Tout à fait, en 2007, Jérôme Savary remontait la mise en scène de La Belle Hélène au Capitole de Toulouse. J’y ai décroché mon premier rôle : Partoenis. A l’époque je découvrais le monde lyrique avec l’insouciance du débutant mais j’ai très vite compris que le répertoire léger et agréable de l’opérette ne correspondait pas à ma personnalité. J’ai donc naturellement évolué vers d’autres univers, bien loin des froufrous et des paillettes de cette première expérience.

Quelles sont les caractéristiques de …

Pour lire la suite et accéder en illimité aux articles de , profitez de notre offre de lancement

[Offre d'abonnement]

4,99€*

* Accès à tous les articles de par renouvellement mensuel
Abonnez-vous

Vous avez lu vos

0 articles offerts.

M'abonner à