fbpx

Loin de la foule déchaînée : une pépite sensuelle et romantique

par

Par Florence Gopikian Yérémian – bscnews.fr/ Le nouveau film de Thomas Vinterberg (La chasse – Festen) est l’adaptation d’un des plus grands classiques de la littérature d’Outre-Manche: Far from the Madding Crowd. Ecrit par Thomas Hardy en 1874, cette oeuvre romanesque nous plonge au cœur de l’Angleterre victorienne dans les pas de l’indomptable Bathsheba Everdeene.

Bathsheba est une jeune femme aussi fantasque qu’indépendante. A la mort de son oncle, elle hérite d’une exploitation agricole qu’elle entend gérer de ses propres mains. Sa détermination et sa beauté en font cependant la cible de trois prétendants qui ne cessent de la courtiser. Refusant catégoriquement de se laisser apprivoiser par une main maritale, Bathsheba finira par tomber dans les filets d’un de ses soupirants quitte à devoir s’en mordre les doigts…

C’est à Carey Mulligan que revient le rôle pittoresque de Mlle Everdeene. A la fois fière et séduisante, elle confère à son personnage de femme libre une étonnante force de caractère qui se révèle à travers la moindre de ses expressions: la pupille railleuse, le front altier et la bouche pleine de désir, elle compose un jeu éblouissant de nuances qui captive autant la caméra que ses chevaliers servants. Parmi ses trois galants se distingue le sage et fortuné Mister Boldwood. Méticuleusement incarné par Michael Sheen, cet aimable voisin est d’une gravité attendrissante qui frôle parfois le désespoir. A côté de cet homme un peu trop traditionnel pour la fougueuse Bathsheba déambule l’impétueux Sergent Troy (Tom Sturridge) : paré de sa moustache fine et de son superbe uniforme écarlate, ce ténébreux acteur apporte au scénario une arrogance indéniablement teintée de lubricité. Il en va tout autrement du comédien belge Matthias Schoenaerts qui interprète avec une grande authenticité la figure lumineuse du berger Gabriel: aussi intègre que protecteur, ce taiseux aux yeux d’ange possède un charme rural à faire se pâmer toutes les spectatrices de la salle. On se demande d’ailleurs comment Bathsheba parvient à résister durant deux heures à l’intensité de ses regards et à la sensualité de ses effleurements!

Parallèlement à cette excellente distribution, le film de Thomas Vinterberg présente une esthétique magnifique. Tourné dans le Sud de l’Angleterre, il nous laisse découvrir la beauté des demeures victoriennes et des fermes anglaises du Dorset. Dans une alternance d’élégance toute britannique et d’effusion pastorale, le réalisateur transporte également son public au coeur d’immenses plaines où il met en scène la majestueuse communion du ciel et de la terre. Sa façon de capter les paysans aux champs en lumière rasante possède la sérénité mutique de l’Angélus de Millet; quant à ses vastes champs de bruyères parsemés de moutons, ils nous font tout simplement songer aux compositions crépusculaires des tableaux flamands du XVIIe siècle. Outre cet éloge à la nature, il nous faut aussi saluer le réalisme des splendides costumes conçus par Janet Patterson ainsi que les planantes mélopées celtiques du compositeur Craig Armstrong.
Rivalisant avec le sentimentalisme de Pride and Préjudice et la préciosité des films de James Ivory (Return to Howard Ends, The Remains of the day), ce long-métrage romanesque risque bien de reléguer les oeuvres de Jane Austen aux oubliettes afin de remettre au goût du jour les écrits poétiques de Thomas Hardy. Même si certaines scènes de cette adaptation cinématographique sont parfois un peu mièvres et prévisibles, l’ensemble de l’assistance fera « comme si elle ne savait pas » et se laissera porter amoureusement dans ce délicieux vertige des passions…

Loin de la foule déchainée? Par delà l’aventure sentimentale et poétique de Bathsheba Everdeene, ce film est un très beau portrait de femme en quête de liberté.

Loin de la foule déchaînée (Far from the Madding Crowd)
Réalisé par Thomas Vinterberg
D’après le roman de Thomas Hardy
Avec Carey Mulligan, Juno Temple, Michael Sheen, Matthias Schoenaerts, Tom Sturridge, Jessica Barden

Sortie nationale: le 3 juin 2015
Durée: 1h59


Loin de la foule déchaînée
Loin de la foule déchaînée Bande-annonce VO

A voir aussi ( ou pas…):

A la poursuite de demain: Enfin un film de SF plein d’optimisme!

Le labyrinthe du silence: un réquisitoire qui manque de lucidité

La Tête haute: portrait rugueux d’un délinquant en détresse

En équilibre : un drame empreint de pudeur avec Cécile de France et Albert Dupontel

Wim Wenders est de retour avec un mélodrame des plus lancinants

Play it again : du vintage chic sur grand écran

Lost river : le conte de fées sombre et macabre de Ryan Gosling

Bonté Divine ou les péripéties burlesques de Père Capote

A trois on y va : une comédie romantique, tendre et délicate

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à