fbpx

Jolie Holland : la jeune génération de l’Americana

par

Par Nicolas Vidal – bscnews.fr / L’Americana se renouvelle avec une facilité déconcertante grâce au vivier de jeunes artistes américains de cette nouvelle génération. Tant que des personnalités aussi pétillantes et talentueuses que Jolie Holland porteront à bout de bras ce flambeau, on ne pourra que s’en réjouir. La jeune chanteuse texane s’est confiée à nous ce mois-ci sur les secrets de ce nouvel album où il est question de racines, d’Homère, de vieilles chansons et de Nouvelle-Orléans.

Qu’est ce qui vous a poussé vers les racines de la musique américaine ?
Je suppose que beaucoup de choses m’ont conduites vers cela. Sans Alan Lomax et Zora Neale Hurston, cela m’aurait pris beaucoup plus de temps. Bob Dylan, bien sûr, nous a tous conduit vers les racines de la musique américaine. Quand j’étais plus jeune, mon cercle d’amis écoutait beaucoup de types de musique différents: des groupes d’art subversifs, de jazz, de blues, Woody Guthrie, de la musique goth, du rap. Je pense que The Pogues a été le premier groupe qui a amené le terme “musique traditionnelle” dans un sillon nouveau et propre à eux. J’ai été beaucoup inspiré par eux.

Quel rapport entretenez-vous avec la poésie ?
J’adore la poésie utile et bien écrite. Les poètes mystiques soufies et les premiers poètes zen sont particulièrement importants pour moi. William Blake est un rêve. Adolescente, j’étais folle de poésie; particulièrement, des romantiques anglais et de Dylan Thomas. Aussi, la poésie du blue et des débuts du gospel afro-américain. Une des grandes forces de la poésie, c’est qu’elle peut dire ce que la prose ne peut pas. La poésie joue avec les restrictions grammaticales pour arriver à ses propres fins.

Vous êtes du Texas et vous avez décidé de vous installer à la Nouvelle Orléans. Qu’est-ce choix a apporté dans votre musique ?
Je n’ai jamais habité en Nouvelle-Orléans plus d’un mois, mais mes racines familiales viennent de là-bas depuis plusieurs générations. Mon premier ancêtre français est arrivé il y a 300 ans. Ma grand-mère est Choctaw, ce côté de ma famille est originaire de la région. J’ai grandi à Houston. Houston et la Nouvelle-Orléans sont incroyablement variés musicalement et culturellement. Le Jazz et le Rock n’ Roll sont nés de ces deux marais: Houston et la Nouvelle-Orléans.

Pouvez-vous nous expliquer la signification du titre de ce nouvel album ?
Wine Dark Sea est une phrase de Homère. Pour moi, les mots impliquent une aventure dangereuse, le décor du Voyage et la traversée des mondes. Beaucoup de chansons sur ce disque se rapportent à un voyage à travers l’enfer ou des enfers comme Orphée, Dante, comme le protagoniste de Palm Wine Drunkark de Amos Tutuolas, et cette tentative de sauver quelqu’un. J’ai passé une grande partie de ma vie sans racines. Depuis mon adolescence, je n’ai jamais vécu à un endroit fixe plus de deux mois et j’ai habité seulement une fois, longtemps, au même endroit. Ces 7 derniers mois, je n’ai, pour ainsi dire, habité nulle part. Mais je ne pas suis une touriste car je ne suis jamais partie en vacances. L’état psychologique du déracinement et de son expérience est kaléidoscopique et écrasant. Pour moi, le titre Wine Dark Sea fait allusion à tout cela. C’est comme “Sur la route”, mais je souhaite décrire le Voyage à travers le psyché aussi.

Diriez-vous que ce sixième album est Soul ?
Je serai ravie si quelqu’un ressentait cela en écoutant mon album. Mais je ne trouve pas que l’idée même de genre soit un concept terriblement utile, personnellement. Ralph Stanley m’a dit un jour qu’il se considérait lui-même comme un chanteur Soul, alors que beaucoup pourraient penser qu’il en est tout autre chose.

Quelle était votre idée de départ avant de vous lancer dans ce nouvel album ?
Il y a beaucoup de vieilles chansons d’amour démodées sur l’album, comme Straightforward, le type de chansons d’amour Doowop qui ramène tout sur un même parallèle. Ce fût un défi d’écrire des paroles aussi vraies et à coeur ouvert. Il y a quelques chansons qui sont structurées comme des chants de gospel primitifs avec énormément de références blues.

Votre groupe a évolué sur une formation singulière. Pourquoi ce choix ?
Il y avait 4 guitaristes, un bassiste et 2 batteurs sur presque toutes les chansons de l’album. Je trouvais utile d’avoir la présence de plusieurs musiciens pour les amener à lutter un peu. Je voulais que le son de l’émerveillement et de la tension arrive à travers cela.

Est-ce que cet album incarne une quête de soi ?
Les chansons sur ce disque parlent du voyage et portent une réflexion sur l’idée du passage à travers les enfers en chemin vers la transcendance.

Si vous deviez le définir en deux mots, que diriez-vous ?
Redemptive Love

Où pourra-t-on vous voir sur scène dans les semaines à venir ?
Je serai en France vers la fin février après quelques spectacles de soutien avec Elbow en Angleterre.

Jolie Holland – Wine Dark Sea
(Anti-)

> Le site officiel de Jolie Holland

Tournée en France

Mercredi 25 janvier 2015
La Rochelle – La Sirene – 21 heures

jeudi 26 janvier 2015
Clermont Ferrand – La Cooperative De Mai Club – 21 heures

Vendredi 27 janvier 2015
Evreux – Abordage – 21 heures

Samedi 28 janvier 2015
Amiens – La Lunes Des Pirates 21 heures

Lire aussi :

Bertrand Belin : Parcs, le havre d’un musicien-poète

CatFish : le duo Rock qui remue la scène française

Jozef : l’arrivée de la chanson à textes

Sylvain Rolland : le grand Ordonnateur musical du Cirque Alexis Grüss

André Robert :  » Back to Jazz  » au Petit Journal Montparnasse

Nina Attal : « Wha est une autre façon de façon de faire découvrir ces musiques afro-américaines »

Jasz : le talent à la lumière des néons du métro parisien

Robin McKelle : le retour au berceau originel de la Soul

Norig : la fille tzigane

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à