fbpx

CatFish : le duo Rock qui remue la scène française

par

Par Nicolas Vidal – bscnews.fr / Les Catfish ont une énergie incroyable et bien de chez nous. Ils sont deux et il paraîtrait qu’ils sont 10 sur scène. Amandine Guinchard et Damien Félix remuent la scène du Folk Rock avec un album qui déménage mais pas seulement car il est porté haut par la voix singulière d’Amandine et le don d’ubiquité musicale de Damien. Un album qui annonce une suite prometteuse. Rencontre avec un autre duo qui fait parler de lui.

Pourriez-vous nous dévoiler vos débuts dans la musique pour chacun d’entre vous ?
Amandine : Pour ma part, la musique a commencé par moult années de flûte traversière, puis des passages dans diverses formations musicales. Ma rencontre avec Damien s’est faite au lycée et a donné naissance a un groupe de blues rock qui s’appelait « the Washing Machine Cie », et dans lequel nous avons joué durant 8 ans. Il y a 3 ans de cela, nous avons décidé de créer « Catfish » par un besoin de faire une musique plus brute et dépouillée.
Damien : J’ai pratiqué plusieurs instruments pendant mon enfance ou mon adolescence comme l’accordéon ou la batterie et même si je ne joue plus certain d’entre eux, cet apprentissage me sert toujours aujourd’hui dans mon approche de la guitare par exemple. Pour la suite, Amandine a tout dit.

D’où vous vient cette passion pour le songwriting ?
C’est quelque chose qui nous vient assez naturellement, peut-être aussi par l’expérience. Nous aimons chercher comment délivrer notre énergie et nos tripes dans nos morceaux, et c’est effectivement passionnant. Le fait de n’être que deux, et surtout d’être sur la même longueur d’onde, aide vraiment à passer des messages plus facilement et peut-être plus efficacement.

Nos confrères de France Inter ont parlé des poissons chats du Jura devenus des alligators dui Mississippi. Où avez-vous puisé ce son si singulier ?
C’est un travail de recherche d’instruments, d’amplis, d’état d’esprit. Nous avons créé Catfish en se basant sur le blues des années 20, avec des artistes comme Blind Willy Johnson, ou encore Skip James. Puis nous nous sommes aussi nourris de choses plus récentes comme The Kills ou Jack White. Après avoir digéré tout cela, nous en sommes venus à travailler notre propre son et notre propre univers, qui se compose de wash-board, de guitares Gretsch, de distortions sur les voix,etc….

Amandine, votre chant est hypnotique autant que puissant. Dites nous en plus sur cette faculté à ensorceler l’auditeur et à insuffler une puissance si particulière dans chacun de vos morceaux ?
Tout réside dans la faculté à mettre tout son cœur à l’ouvrage! Il me semble que la musique ne peut toucher l’auditeur, que si elle est délivrée avec sincérité. J’essaie donc de vivre vraiment ce que je chante, de façon à faire comprendre mon message. Le travail en studio m’a d’ailleurs beaucoup aidé à ce sujet; j’ai appris à « interpréter » ce que je racontais dans les morceaux!

Damien, vous êtes partout, totalement omniscient et performant. Comment trouvez-vous votre équilibre avec Amandine ?
L’équilibre de notre duo est venu vraiment naturellement, sans se poser de questions. Nous connaissons nos qualités et nos limites, chacun sait quelle est sa place et ce qu’il a à faire. Nous sommes très complémentaire tant au niveau de la musique que du caractère… Pour moi, la voix est essentielle alors j’essaie de créer une texture sonore, un support sur lequel Amandine va se sentir bien, à l’aise.

Pourquoi avoir opté pour l’anglais ? Vous n’envisagiez pas le songwriting à la française ?
Cela semblait être une évidence par rapport au style de musique que nous faisions. Les alligators du Mississippi ne chantent pas en français ! C’est aussi une histoire de sonorités, car dans Catfish le chant est un instrument parmi les autres, qui se doit d’être homogène avec l’ambiance des morceaux. Cependant, nous ne sommes pas contre le français, bien au contraire… nous sommes tout à fait conscients qu’il est possible de composer, et qu’il existe des choses magnifiques en français.

D’où vient votre nom.On n’imagine qu’il n’est pas du au hasard ?
Nous souhaitions avoir un nom assez concis qui représente deux entités différentes. Par contre, ne cherchez pas à savoir qui est le chat et qui est le poisson ; c’est un secret bien gardé! Sinon, ce nom fait aussi références aux eaux troubles du Mississippi, et représente notre côté un peu « cradingue » et « sans fioritures ». Bien évidemment, c’est également le nom d’un standard de blues repris par les plus grands « catfish blues ».

Même question pour ce premier album ?
« Frissons boueux »… encore une référence aux poisson-chats qui évoluent dans leur vase ! Nous avons cherché, dans ce premier album, à donner des frissons aux auditeurs en les emmenant autant dans l’émotion pure d’une ballade folk, que dans l’énergie, à la limite du punk, d’un rock garage. Le but étant de provoquer une sensation assez primaire chez celui qui écoute nos morceaux, et de lui faire remuer la tête sans avoir à réfléchir pourquoi. Enfin, « Muddy shivers » peut aussi éventuellement vous évoquer le nom d’un certain bluesman, qui ne nous est pas indifférent!!

Une question plus intime sur votre identité musicale : comment naît un morceau chez vous, l’un propose, l’autre compose ou chacun de vous deux fait un peu tout ?
Nous avons deux manières de fonctionner. Un morceau peut naître d’une répétition et dans ce cas-là c’est une composition commune. Sinon, Damien peut arriver en répétition avec un morceau déjà plutôt abouti, auquel j’ajoute, si besoin, ma ligne de chant et mes textes. Comme je le disais précédemment, être à deux permet de faire beaucoup moins de concessions dans la composition, et d’avancer relativement vite. Ce qui est fort appréciable!

Comment définiriez-vous votre style ? Blues ? Blues Rock, Folk Rock ?
Rock…. et tout ce que cela implique!!!

Un nouveau projet en préparation chez les Catfish ?
Nous sommes toujours beaucoup pris par les concerts, et nous en sommes très heureux. Cependant, nous essayons de trouver du temps pour composer un deuxième album, et il est bon de pouvoir travailler sur de nouveaux morceaux, et de nouvelles sonorités. Nous avons aussi prévu des résidences de travail sur notre spectacle, pour améliorer le son, les lumières, la mise en scène. Puis enfin, le but ultime est d’aller jouer partout dans le monde bien sûr!

Où pourra-t-on vous voir en concert dans les semaines à venir ?
Le plus simple, c’est d’aller sur notre site catfish-music.com ou notre page Facebook, où vous trouverez toutes les infos relatives à nos concerts, car la fin d’année est plutôt bien remplie !

Muddy Shivers
CatFish
www.catfish-music.com

Lire aussi :

Jozef : l’arrivée de la chanson à textes

Sylvain Rolland : le grand Ordonnateur musical du Cirque Alexis Grüss

André Robert :  » Back to Jazz  » au Petit Journal Montparnasse

Nina Attal : « Wha est une autre façon de façon de faire découvrir ces musiques afro-américaines »

Jasz : le talent à la lumière des néons du métro parisien

Robin McKelle : le retour au berceau originel de la Soul

Norig : la fille tzigane

Nourith : « Here i Am » à la force des bras

Une touche d’optimisme : un rock festif rafraîchissant

Julien Estival : De la chanson française avec du corps, de la poésie et de la franchise dans « La Vie Promise »

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à