fbpx

Exposition : une promenade impressionniste aux côtés de Paul Durand-Ruel

par

Par Florence Yérémian – bscnews.fr / Peu de gens connaissent Paul Durand-Ruel, et pourtant le monde de l’art doit une fière chandelle à ce collectionneur de génie. Amoureux de Delacroix et de la peinture de son temps, il a acquis des milliers d’oeuvres impressionnistes et donné à ce courant artistique ses premiers élans. Galeriste avant l’heure, il a porté Monet, Renoir ou Degas en orchestrant leur promotion internationale à une époque où le métier de « marchand d’art » n’avait pas encore le statut qu’on lui confère aujourd’hui. Parcours d’un précurseur méconnu au flair indéniable !

Paul Durand-Ruel, un galeriste esthète et visionnaire

Paul Durand-Ruel est né à Paris en 1831. Issu d’une famille riche et cultivée, il travaille aux cotés de son père au sein d’un commerce de papeterie et de fournitures pour artistes. C’est là qu’il fait ses premiers pas dans le monde de l’art et qu’il rencontre des peintres, souvent désargentés, contraints de lui laisser leurs tableaux en garantie. Au fil des années, il reprend l’entreprise paternelle et se pose comme défenseur de Corot et de l’école de Barbizon, mais son esprit avant-gardiste cherche déjà au-delà de ce beau courant romantique. Guidé par son flair, il est alors séduit par la technique et le travail en plein air de Monet et de Pissaro dont il commence à acquérir les toiles.
Avec l’émergence de ces nouveaux artistes, tout bascule: Paul Durand-Ruel est ambitieux et il décide de les exposer à Londres, Paris ou Bruxelles. Chose rare à l’époque, il promouvoir même des monographies autour de Boudin, Renoir ou Claude Monet. Bien qu’il vende peu, il obtient un succès critique et parvient à mettre en place un premier réseau d’amateurs. Voyant que la France demeure distante par rapport à toute nouvelle forme d’art, il n’hésite pas à traverser l’Atlantique et part exposer à New-York et aux quatre coins des Etats-Unis.
Comme il l’avait pressenti, le marché américain est bien plus ouvert d’esprit que la vieille Europe : Paul Durand-Ruel réussi non seulement à vendre ses toiles à des amateurs fortunés mais il devient progressivement l’un des principaux pourvoyeurs d’art impressionniste des grandes collections publiques américaines. Pour se convaincre de son impact, il suffit aujourd’hui de regarder la provenance de l’ensemble des tableaux présentés au sein de la nouvelle exposition du Musée du Luxembourg: Washington Gallery, Art Institute of Chicago, Museum of Fine Arts de Boston… Il faut hélas l’admettre, par manque de modernité la France a laissé partir des quantités colossales de tableaux de maîtres aux sein des institutions américaines. Ne ratez donc pas l’occasion de les découvrir car après cette brève escale dans l’Hexagone, ils repartent de nouveau vers les Etats-Unis…

L’exposition Paul Durand-Ruel ? Une promenade impressionniste dans les pas d’un grand marchand d’art

L’exposition du Musée du Luxembourg s’ouvre sur une reconstitution des appartements de Paul Durand-Ruel. Avec près de 370 oeuvres contemporaines, sa collection privée était considérée comme l’une des plus importantes de la fin du XIXe siècle et elle était déjà accessible aux visiteurs. Dans les premières salles de cette rétrospective, nous pouvons découvrir des panneaux de portes peints par Monet, de fines toiles d’Edgar Degas ainsi qu’une multitude d’oeuvres de Renoir qui recouvraient à l’époque les murs de son immense maison de la rue de Rome. Auguste Renoir était, en effet, très proche de Paul Durand-Ruel qui entretenait un véritable échange relationnel avec chacun de ses artistes: aux côtés d’une huile aux teintes bleutées représentant une très belle « jeune fille au chat », on peut ainsi apercevoir les portraits des cinq enfants du galeriste qu’Auguste Renoir a réalisés à sa demande.
Au fil de l’exposition, le visiteur est invité à cheminer à travers les gouts et les coups de coeurs de Paul Durand-Ruel: parallèlement à des oeuvres de Rousseau ou de Camille Corot, on entrevoit son attrait pour les nouveaux peintres tels que Manet et Pissaro. Face à un séduisant « nu à la vague » de Courbet ou une splendide toile de Millet révélant une « bergerie au clair de lune », on peut ainsi admirer un délicat panneau de « femme à sa toilette » peint par Berthe Morisot ou une scène de bataille navale puissamment retranscrite par Edouard Manet. Outre les portraits, la nature est également omniprésente dans les préférences du marchand d’art: on peut notamment contempler un saisissant triptyque mettant en scène trois paysages complémentaires réalisés par Monet, Sisley et Pissaro. Fidèle à ses déclinaisons picturales au fil des saisons, le talent de Monet est aussi mis en évidence à travers une superbe série d’arbres roses et de peupliers, sans parler de sa représentation de La Liseuse qui nous fait songer à la corolle d’une campanule délicatement déployée dans l’herbe.

À travers 80 oeuvres, cette manifestation est non seulement un hommage aux prémices de l’impressionnisme mais elle met également en exergue la carrière d’un visionnaire. A la fois défricheur et promoteur de talents, Paul Durand-Ruel ne s’est pas contenté d’acheter et de vendre des tableaux: il les a défendu en esthète, les a porté de l’atelier des artistes aux mains des acquéreurs et n’a pas résisté à les collectionner personnellement. En associant son nom à une avant-garde, il en est devenu le précurseur et a su étendre son gout et sa vision à un niveau international qui perdure encore aujourd’hui.
C’est en regardant le livre de stocks de sa galerie parisienne que l’on se rend compte de l’importance de cet homme: à en croire ses registres, plus de 12000 oeuvres impressionnistes sont passées entre ses mains: 1000 Pissaro, 400 Degas, sans parler des Renoir… De quoi laisser rêveurs tous les galeristes des siècles à venir !

Paul Durand-Ruel: le pari de l’impressionnisme
Musée du Luxembourg
19, rue de Vaugirard – Paris 6e
Du 9 octobre au 8 février 2015
Ouvert tous les jours sauf le 25 décembre 2014
lundi au vendredi : de 10h à 19h
samedi et dimanche: de 9h à 20h
Métro: Saint Sulpice, Mabillon
RER: Luxembourg

www.museeduluxembourg.fr

> Réservez vos billets en ligne sur ce lien

Lire aussi :

A la découverte des trésors de l’art contemporain

Pendant la paix, la guerre continue : de Lucerne à Liège

Sabrina Teggar : Mnémosyne et boîte de Pandore

Hokusai, le Fou de dessin, au Grand Palais

Reto Albertalli et ses Girls of Kabul

Les photographes de Circulation(s) s’invitent à l’exposition WAVE : regards sur un monde meilleur

Des trompe-l’oeil poétiques qui nous transportent dans le monde de la nuit et du rêve

Les Clergues d’Arles : photos souvenirs

Le Louvre Abu Dhabi : une très belle collection à étoffer

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à