fbpx

Franck Pavloff : la quête d’un homme qui s’est isolé pour effacer une épreuve qui ne l’oublie pas

par

Par Félix Brun – bscnews.fr / Sommes-nous responsables des actes de nos ainés et de nos descendants ? Peut-on ignorer ses racines, peut-on renier ses géniteurs comme on coupe un tuyau d’alimentation ? Peut-on s’inventer d’autres liens, d’autres familles, d’autres lieux ? Frank Pavloff aborde ces sujets avec acuité, émotion, violence et sensibilité, avec comme décor Barcelone et ses quartiers undergrounds, ses révoltes passées et présentes, son architecture insolente, cette faune humaine marginalisée et ses dealers d’opinion…mais aussi des Cévennes au passé rebelle, endurcies dans ses terrasses abruptes et la rugosité de la nature.

Ce roman est la quête d’un homme qui s’est isolé pour effacer une épreuve qui ne l’oublie pas : « Si le passé ne revient pas il ne se gomme pas non plus, c’est dans cet espace incertain que les hommes s’évertuent à ajuster leur vie. » Il retrouve la trace de son père au milieu des étranges règlements de compte entre les factions composant l’armée républicaine espagnole en 1936 : « Les pères de légende ne sont pas des salauds, ni des traitres. En un instant, il décide que le sien restera à tout jamais le héros de ses rêves d’enfance, coiffé d’un bonnet en renard bleu. « Frank Pavloff nous entraîne dans une énigme émouvante aux thèmes profonds, dans une écriture directe, sans fioriture ni complaisance ; et, même si l’on peut regretter quelques clichés sur les Cévennes, c’est un beau roman.

« On n’hérite pas de la faute de ses parents, pas plus que l’on détermine l’avenir de ses enfants. »

L’ENFANTS DES MARGES
FRANCK PAVLOFF
EDITIONS ALBIN MICHEL
240 PAGES – 18 euros

Crédit-photo ©samuel kirszenbaum

A lire aussi:

Madame Diogène : quand la folie et la solitude l’emportent…

Ken Kesey : un dernier grand roman américain

Éric Emmanuel Schmitt : le mystère de l’amour en 150 pages?

Nicolas d’Estiennes d’Orves : mémoires de bourreaux

Sans victime ni coupable… et pourtant condamnée!

Susana Fortes et son virtuose « complot Médicis »

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à