fbpx

L’édition 2014 de l’original « Champs-Elysées Film Festival »

par

Par Candice Nicolas – bscnews.fr/ Sous la présidence de Jacqueline Bisset et Bertrand Tavernier, avec la présence d’invités d’honneur de marque – Keanu Reeves, Agnès Varda, Whit Stillman et Mike Figgis – le festival hétéroclite a proposé une programmation des plus variées regroupant des avant-premières françaises et US (comédies romantiques, drames, thrillers et documentaires), mais également des films américains indépendants, des classiques du cinéma français – avec « Sans toit ni loi » et « La Mort en direct » présentés par leur réalisateur respectif – et américain (« Mean Streets », « Le jour le plus long », « La fièvre du samedi soir »…). Au total, l’occasion de voir ou de revoir près de quatre-vingts longs-métrages et une trentaine de courts, français et américains.

On aura pu assister à quelques soirées « Rencontre » avec des grands ou nouveaux réalisateurs, à commencer par Agnès Varda qui a introduit son moyen-métrage « Black Panthers » (1968) avant la projection de « Mur Murs » (1981), documentaire sur les peintures murales de Los Angeles, son court-métrage « Uncle Yanco » (1967) qui rend hommage à son oncle peintre, avant « Documenteur » (1981). Keanu Reeves est venu quant à lui présenter le documentaire de Christopher Kenneally, « Side by Side », qu’il a produit en 2012. Il y interviewe plusieurs réalisateurs hollywoodiens : Martin Scorsese, George Lucas, James Cameron… sur l’évolution du film, de la pellicule au numérique. Également, il a pu nous présenter son premier travail derrière la caméra, « Man of Tai Chi », un film d’arts martiaux sorti chez nous en avril dernier, un peu faible au niveau du scénario, mais aux scènes de combat impeccables. Whit Stillman, à l’occasion de son nouveau projet « The Cosmopolitans » tourné à Paris, nous permet de redécouvrir ses films depuis devenus cultes « Metropolitan » (1990) et « Les derniers jours du disco » (1998) – qui a d’ailleurs donné naissance à un roman paru en France il y a quelques semaines.

Entre « La Mort aux trousses » et « La Fièvre du samedi soir », on aura pu revoir « Chaînes conjugales » avec un très jeune Kirk Douglas ou encore « Le Jour le plus long » et assister à l’avant-première de « The Face of Love » avec Ed Harris et Annette Bening et qui sortira le 16 juillet. C’est l’histoire de Nikki et Tom qui vivent le parfait amour entre architecture et peinture dans leur sublime villa de Los Angeles. Pour leurs 35 ans de mariage, ils partent en week-end au Mexique et c’est le drame, Tom se noie et laisse Nikki dévastée. Cinq ans plus tard, alors qu’elle se promène dans les galeries du LACMA, elle rencontre un homme qui ressemble étrangement à son mari disparu, et se décide à le suivre. Expérience cathartique ou jeu malsain, Nikki va le séduire et commence alors une relation passionnelle de faux semblants et vrais débordements. La passion des personnages est parfaitement interprétée par les deux acteurs de talent – il est aussi agréable de revoir Robin Williams en voisin jaloux ! –, mais elle laisse à désirer dans sa crédibilité. Un sosie d’accord, mais une copie conforme ?

Une autre avant-première dans un tout autre genre, « Dragons 2 » ! Les Vikings et les dragons reviennent pour de nouvelles aventures encore plus palpitantes que les premières, et dans un décor encore plus fascinant ! Harold et Krokmou, devenus inséparables, parcourent de nouveaux territoires et découvrent une grotte de glace abritant des centaines de dragons. Le danger approche, l’horrible Drago est à la recherche de tous les dragons pour lever une armée invincible ! Harold, en tant que futur Chef du Village, va devoir faire des choix pour contrer une violence parfois inévitable et concilier idéaux et réalité alors que Krokmou va réaliser l’étendue de ses pouvoirs et apprendre à s’en servir. Ce deuxième opus s’avère parfaitement dans la lignée du premier, les personnages sont toujours aussi attachants alors que les spécimens de dragons sont davantage explorés, leur puissance, leurs caractéristiques personnelles sont mises à l’honneur.

Pour conclure sur ce festival original, mentionnons que trois Prix du Public ont été remis lors de la cérémonie de clôture qui s’est déroulée au Publicis Cinéma : le Prix du Public du long-métrage américain indépendant, remis par Jacqueline Bisset, a été attribué au film « Fort Bliss » de Claudia Myers. Le Prix du Public du court-métrage américain, remis par Drew Tobia a récompensé « The Coin » de Fabien Martorell et celui du court-métrage français, remis par le réalisateur Raphael Neal à « La Curée » d’Emmanuel Fricero. Le prix du Jury des blogueurs a récompensé « American Promise » de Joe Brewster et Michèle Stephensen, alors que le Prix du Jury Etudiant, dont l’objectif est de faire connaître les grands classiques du cinéma aux jeunes, a été remis par Bertrand Tavernier et a récompensé l’un des films de la section Les Incontournables TCM Cinéma : « L’Incident » de Larry Peerce 1967).

Champs-Elysées Film Festival
Festival de Cinéma Franco-Américain
Du mercredi 11 au 17 juin 2014

Site officiel www.champselyseesfilmfestival.com

A lire aussi:

Drew Tobia : une comédie noire surprenante

Onur Tukel : « Summer of Blood », un film de vampires déjanté

Le cinéma brésilien : hommage à Carlos Diegues

Saint-Laurent de Bertrand Bonello : un biopic peu convaincant

Des chevaux et des hommes: un très beau film baroque venu d’Islande

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à