fbpx

Jasz : le talent à la lumière des néons du métro parisien

par

Par Nicolas Vidal – bscnews.fr / JASZ ( de son prénom Jacinthe) a commencé à se produire dans le métro à la lumière des néons et aux carrefours des couloirs. Aujourd’hui, elle a retrouvé la surface avec cet album dont le nom ne s’invente pas… «Métro».

Elle ne s’accroche à aucune influence et ne se réclame de personne. Juste d’elle, de son envie de chanter et de sa passion pour la musique. Elle est attirée également par le théâtre et la littérature. Ça se sent. Car Jasz a le timbre poétique et romantique. On aime !

D’où vous est venue l’idée d’enregistrer cet album dans le métro parisien ?
Ce n’était pas vraiment une idée. C’était plutôt logique et évident, ça coulait de source. Je joue dans le métro, c’est là que j’ai fait mes armes et que j’ai rencontré des gens, que j’ai avancé… Cela aurait été absurde pour moi de m’enfermer dans un studio pour enregistrer mes chansons en guitare/voix. Je préférais les faire entendre dans le contexte dans lequel elles existent

Pouvez-vous nous éclairer sur le titre de cet album « Jasz » ? Un jeu de lettre ou quelque chose de plus profond ?
JaSz est (était) mon nom de scène. Je dis « était » car je change de nom de scène, je m’appellerai désormais Jacinthe, mon vrai prénom. C’est un peu étrange, on peut avoir peur de désorienter les gens en faisant ça. Mais ça me paraît nécessaire et ça fait trop longtemps que ça me trotte dans la tête. Le titre de l’EP est Métro, tout simplement ; je voulais aller droit au but.

Qu’est-ce qui vous a amené à la musique et à la composition Jasz ?
La musique c’est une tradition familiale, le piano tout particulièrement. J’ai grandi dans un environnement très réceptif et sensible à la musique. J’ai commencé à écrire des chansons quand j’ai commencé la guitare, à l’adolescence. Tout ça s’est fait progressivement. J’ai un jour voulu chanter mes chansons devant des gens, je suis allée dans le métro, je suis allée dans les bars, et me voilà!

Et plus précisément au carrefour du folk, jazz et de la pop avec cet album surprenant ?
Je ne raisonne pas trop en terme de genres musicaux, mais plus en terme d’artistes. Je n’écoute pas un genre musical plus qu’un autre. J’aime Just Jack, Corinne Bailey Rae, Madeleine Peyroux, Charles Trenet, Kanye West. J’ai l’impression que la musique est tellement accessible qu’on est nécessairement nourri de plein de choses.

Vous avez beaucoup chanté dans le métro parisien. Si vous deviez garder un enseignement de cette scène publique, quel serait-il ?
Qu’un endroit n’est pas moins bien qu’un autre; ce sont les mêmes gens qui y sont. Pour cette raison, ça me paraît intéressant de déplacer un peu les agencements, les perspectives, pour voir et expérimenter différemment. Ça me semble intéressant de faire des concerts dans différents contextes et différents lieux.

Par quoi vous a été inspiré cet album ?
Par ma vie de saltimbanque ! Les chansons de cet EP parlent de la musique dans le métro (rushing), du temps passé dans des bars (Drink my money), de la création, la recherche d’inspiration (dans mon ballon), des choses qui m’arrivent au quotidien. C’est un travail très personnel , j’essaie d’être toujours sincère dans la création.

On lit que vous êtes passionnée de littérature et de théâtre. Quel est le lien avec l’écriture de vos textes ?
Je viens du théâtre. J’avais monté une pièce que j’avais écrite en 2012 et je chantais déjà dans des bars à cette époque. Un ami était venu me voir à la fin du spectacle et m’avait complimenté sur le texte avant de me demander pourquoi mes chansons n’étaient pas en français elles aussi. Ça peut paraître bête, mais je n’y avais jamais pensé, pour moi mes chansons étaient en anglais et puis c’est tout. Changer de langue ça change tout et la réaction du public à la langue française n’est évidemment pas la même. Il y a beaucoup plus de répondant, pour cette raison je me concentre sur le français aujourd’hui.

Si vous deviez définir cet album en deux mots, quels seraient-ils ?
Underground. Brut.

Comment voyez-vous musicalement la suite de votre carrière ? Préparez-vous un nouvel album ? Si oui, aura-t-il les mêmes impulsions que celui-ci?
Je ne me vois pas sortir un autre CD en guitare/voix. Le prochain EP sera produit, en collaboration avec d’autres artistes pour la réalisation. Les impulsions ne seront plus les mêmes, car mes désirs changent au fur et à mesure que j’avance

Avez-vous actuellement un livre de chevet ou quel serait le livre que vous auriez envie de conseiller ?
Je lis la Prisonnière de Proust. Je lis en boucle un nombre très restreint d’auteurs . En soi, je me vois bien lire toute ma vie les mêmes dix livres. J’ai lu pas mal de choses très différentes les unes des autres et même si je suis très (très) loin d’avoir tout lu, je sais ce qui me plaît et ce qui m’intéresse et je me concentre sur ça. La philosophie, le théâtre hugolien, Proust, Musset, et les Russes du 19e.

Jasz « Métro »
Junzi Arts

Lire aussi :

Leticia Moreno : les belles heures de la musique espagnole

Robin McKelle : le retour au berceau originel de la Soul

Norig : la fille tzigane

Nourith : « Here i Am » à la force des bras

Une touche d’optimisme : un rock festif rafraîchissant

Julien Estival : De la chanson française avec du corps, de la poésie et de la franchise dans « La Vie Promise »

Electro Deluxe : Une addiction furieuse à Home

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à