fbpx

Le Louvre Abu Dhabi : une très belle collection à étoffer

par

Par Florence Gopikian Yeremian – bscnews.fr/ Le Grand Louvre ouvre ses portes à la nouvelle collection de son homonyme émirien: le Louvre Abu Dhabi. Durant près de trois mois, 160 œuvres vont être présentées dans les spacieuses salles du Hall Napoléon. L’occasion unique de découvrir le noyau artistique du futur musée des Emirats que Jean Nouvel devrait terminer d’ici 2015. Même si l’exposition manque peu de cohérence dans le choix des pièces, elle fait preuve d’une étonnante universalité et nous offre un cheminement artistique parsemé de véritables pépites!

Cela fait cinq ans que les conservateurs de l’Agence France-Muséums écument les ventes aux enchères et les demeures de collectionneurs pour y dénicher des œuvres destinées au futur Louvre d’Abu Dhabi. Ce musée des sables ouvrira ses portes courant 2015 et sera certainement la première institution culturelle du Moyen Orient à accueillir un aussi large panel artistique.
En effet, parmi les 160 acquisitions temporairement présentées à Paris jusqu’au 28 juillet, les pièces s’étalent de la Haute Antiquité à l’Art Contemporain: entre un pyramidion égyptien, un marbre de l’empereur Auguste, des chapiteaux roman du XIIe siècle et une toile de Murillo, force est de reconnaitre que le projet est plus qu’ambitieux. Il s’étire non seulement sur 5000 ans d’Histoire de l’Art mais tente également de couvrir les cinq continents: on parcourt ainsi l’Inde aux côtés d’une immense tête de Bouddha, l’Afrique en compagnie d’une figure Soninké du Mali, sans parler de l’Europe à travers une Vierge à l’enfant de Bellini, une gouache inédite de Picasso ou des compositions abstraites de Cy Twombly.
Au cœur de ce grand éclectisme universel, il manque évidemment une ligne directrice qui ferait la force et l’originalité d’une véritable collection. Celle du Musée d’Abu Dhabi a le défaut de manquer d’histoire: elle s’est constituée « sur commande » et sans réelle passion de la part des commanditaires. Afin de l’apprécier à sa juste valeur, il est donc conseillé de mettre de côté toute quête thématique ou stylistique, et de se laisser séduire par les multiples pépites qu’elle possède: il en va ainsi de la délicate statuette de Bactriane, du bracelet d’or iranien à tête de lions ou de la sublime toile de Jacob Jordaens représentant le Bon samaritain.
Parallèlement à ces merveilles, il est étonnant de constater à quel point les Emiratis font preuve « d’ouverture » dans leurs choix artistiques: non seulement des nus sont présents au sein de l’exposition (notamment à travers les immenses pugilistes sculptés par Antonio Canova) mais cette collection ose aussi entamer un dialogue culturel avec d’autres religions que l’Islam. Une galerie entière est effectivement consacrée à des images sacrées provenant de toutes les croyances: une figure de Shō-Kannon du Japon prend ainsi place entre un Christ montrant ses plaies et un Shiva dansant ! Il en va de même pour un coran de Syrie qui côtoie sans complexe une bible gothique et un pentateuque du Yémen… Un tel synode serait-il le témoignage d’une salutaire largesse d’esprit de la part du plus grand des émirats? Dévoilerait-il un simple soupçon de tolérance? Ou ne serait-ce qu’une regrettable mascarade pour séduire subtilement les occidentaux?
Par amour de l’art, laissons ces questionnements de côté. Au delà des races et des croyances, trouvons-y une ouverture au monde et à sa diversité par le biais de l’Art et de son universalité. A l’inverse de leur voisine dubaïote qui n’a axé son développement que sur le tourisme de masse et la spéculation immobilière, Abu Dhabi a le grand mérite d’avoir opté pour une politique culturelle au milieu du désert!
En parcourant les salles du Hall Napoléon, on se dit que même si un orateur romain n’a rien à faire aux côtés d’un bodhisattva du Gandhara, finalement ce manque d’homogénéité a tout de même du bon: il apporte une fraicheur à l’exposition et garde le visiteur constamment en éveil!
Ne ratez pas cet événement, sinon il vous faudra attendre l’an prochain pour prendre l’avion afin de voir ces chefs d’œuvre au sein de leur écrin définitif: un superbe dôme blanc dentelé réalisé par Jean Nouvel face aux eaux cristallines du Golfe persique.

Le Louvre Abu Dhabi – Naissance d’un musée
Exposition du 2 mai au 28 juillet 2014
Musée du Louvre – Hall Napoléon sous la pyramide
Renseignements : 0140205317

A lire aussi:

Les Indiens, artistes des Plaines

STAR WARS IDENTITIES : de quel côté de la Force êtes-vous?

Art robotique : retour vers le futur

Paris : la Grande Guerre au quotidien

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à