fbpx

Louise Doughty : quand tout bascule…

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ Yvonne Carmichael est une généticienne de 52 ans, mariée à un brillant scientifique et mère de deux enfants déjà partis du foyer familial. Sa vie est un long fleuve tranquille, pimentée de conférences, de consultations et de recherches.

Un jour, alors qu’elle participe aux commissions d’enquête parlementaires, elle croise un homme lors d’une pause ; ce dernier lui propose de visiter le Parlement, le grand hall de Wesminster et la chapelle de la crypte dans laquelle l’inimaginable se produit et l’épouse fidèle succombe aux caresses du charmant inconnu. Une histoire banale d’adultère devrait s’en suivre avec son lot de remords, de regrets, de mensonges, de joies volées et de larmes…
Louise Doughty a imaginé un tout autre déroulement pour ces amants interdits. On n’en révèlera rien pour laisser aux lecteurs toute la teneur haletante de ce drame sentimental. L’auteur londonienne dresse un portrait touchant et fragile d’Yvonne Carmichael et nous incite à réfléchir sur le basculement possible dans une spirale infernale d’êtres dont les actes sont guidés par leurs émotions et s’avèrent la conséquence de leur passé. Yvonne a écorné son avenir de brillante scientifique pour s’occuper de ses enfants, a accepté, plus jeune, de pardonner les infidélités de son mari, a des relations conflictuelles avec son fils… et cette somme de réalités expliquera en partie qu’elle tombe si facilement dans les bras de Mark.
Un roman passionnant qui débute de façon affriolante et se poursuit dans les tribunaux: ce « Portrait d’une femme sous influence » soulève de multiples interrogations sur la question de la culpabilité mais également sur des réalités concernant les procès atterrantes.
Dans ses remerciements, Louise Doughty explique qu’elle a assisté à un procès à la Haute Cour criminelle de l’Old Bailey au cours de l’été 2011 et a pu également en interroger les divers acteurs. Elle en a tiré un livre puissant qui ne s’adresse cependant pas qu’aux femmes mais à tous ceux qui ont conscience de l’infinie complexité des êtres et des situations.

« Des scientifiques ont pris un chimpanzé, une femelle, et son bébé pour les mettre dans une cage préparée tout spécialement. Le sol de la cage était une plaque de métal à travers laquelle passaient des filaments électriques. Ils ont tourné peu à peu le bouton, et le sol est devenu de plus en plus chaud. Au début, la femelle chimpanzé et son bébé ont sauté d’un pied sur l’autre, puis, très vite, le bébé a sauté dans les bras de sa mère pour qu’elle le protège du sol brûlant, et pendant encore un moment, la mère chimpanzé a continué à sauter dans la cage en essayant de ne pas toucher le sol brûlant, de grimper à des barreaux auxquels il était impossible de grimper, mais pour finir- ils l’ont fait plusieurs fois et ont constaté que c’était vrai à chaque fois -, toutes les mères chimpanzés ont fait la même chose… »
– Il me fixe dans les yeux et, tout à coup, je regrette qu’il le fasse.
« …pour finir, la mère chimpanzé a posé le bébé par terre sur le sol brûlant et est montée dessus. »

Portrait d’une femme sous influence de Louise Doughty
Traduit de l’anglais par Pascale Haas
Editions: Belfond
Parution: 20 février 2014
Pagination: 396
Prix: 21 euros
Disponible en eBook

A lire aussi:

Olivier Delahaye : larguer les amarres de l’enfance !

Gilles Verdiani et la dolce vita

L’arrache-cœur

Guillaume Fédou : un nouveau monde

Rufin connaisseur de l’âme humaine

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à