fbpx

Une touche d’optimisme : un rock festif rafraîchissant

par

Par Nicolas Vidal – bscnews.fr / Le seul nom du groupe donne envie de voir ce qui s’y passe et de faire connaissance avec Une touche d’optimisme. Voilà une bande de jeunes musiciens montpelliérains qui, pour leur troisième album « Le dernier des grands rois » propose un bien réjouissant cocktail musical entre rock festif, chanson française et une prose sudiste. Douze chansons qui redonnent du baume au coeur à écouter sous les premières douceurs du printemps. La nouvelle scène française a encore beaucoup de choses à dire entre poésie et fraîcheur. Rencontre avec l’un de ses talents.

Tout d’abord d’où vous vient ce nom ?
Le nom « Une Touche d’Optimisme » est une trouvaille de notre ami Thierry. On était ensemble en train de chercher un nom pour notre futur groupe et il nous a donc proposé ce nom. On a tout de suite adhéré à l’idée.

Vous chantez la vie de tous les jours et les contrariétés humaines. Qu’est-ce qui vous attire dans ces thèmes ?
Je ne pense pas parler de la vie de tous les jours comme peut le faire par exemple Bénabar. On aborde des thèmes comme l’euthanasie (« Papy »), l’abstention (« Je n’irai pas voter demain »), l’amitié (« L’effarouché ») ou encore le deuil (« Pourquoi es-tu partie »). Des sentiments somme toute assez universels. Après que le prisme de ces thèmes soit mon expérience personnelle, cela va de soi. Et ce qui m’attire dans ces thèmes c’est le lyrisme, la grandeur et la pureté des sentiments que l’on éprouve dans ces situations.

Comment situeriez-vous cet album dans votre carrière ?
On n’a pas l’impression de mener une « carrière ». On fait juste des chansons et après on part sur la route et on joue le plus souvent possible. Cet album n’a pas une place particulière dans notre discographie.

Quelle est la genèse de cet album  » Le dernier des grands rois  » ?
Il n’y a pas chez nous de genèse des albums. On compose et on écrit tout au long de notre vie sans moment précis. Quand on a 12 chansons qui nous plaisent, on fait un album.

Comment définiriez-vous votre style musical, car il est souvent associé au Swing ou encore à quelque chose se rapprochant du rock festif. Qu’en est-il vraiment ?
Notre style c’est avant tout de la chanson. Je m’arrête souvent à ce terme même si les gens voudraient qu’on leur explique qu’on fait de la chanson française nouvelle scène, teintée de manouche et de rock, avec un côté ska. Mais la vérité c’est qu’on fait de la chanson, de Brel à Debout sur le zinc, de Reggianni à La Rue Kétanou…

Quelle est l’histoire du groupe ?
L’histoire du groupe c’est avant tout une histoire d’amitié. On était tous amis avant même de faire de la musique ensemble.Puis c’est aussi une histoire de passion. On avait entre 15 et 20 ans et on s’est dit « pourquoi pas ? ». Et on s’est lancé !

Comment se déroule l’écriture des textes ?
L’écriture des textes me vient assez rapidement. Je mets entre 20 et 45 minutes pour écrire un texte. Par contre je mets de longs mois à murir une réflexion et à penser aux sujets à partir desquels je vais écrire ma chanson. Ensuite je passe mon texte au pianiste qui compose une musique dessus. Puis tout le groupe s’y met pour travailler les arrangements.

Où pourra-t-on vous voir en concert prochainement ?
Cette année nous irons en Allemagne, au Luxembourg, en Suisse, et un peu partout en France. Les prochaines dates se feront sur Nîmes et Montpellier, mais le mieux c’est d’aller sur www.utdo.com et sur notre site il y a toutes nos dates de concerts à venir.

Une touche d’optimisme
« Le dernier des grands rois »
Warm-Up

www.unetouchedoptimisme.com

Lire aussi :

Julien Estival : De la chanson française avec du corps, de la poésie et de la franchise dans « La Vie Promise »

Electro Deluxe : Une addiction furieuse à Home

Les doigts de l’homme : L’esprit gypsy ouvert à tous les vents musicaux

Chloé Charles : un premier album pétillant

Moriarty : « Fugitives, c’est une façon de s’échapper des habitudes, des standards et d’un destin préconçu »

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à