fbpx

Le colonel et l’appât 455 : bourreau ou victime?

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ Roman d’amour ou roman politique? Deux voix qui se succèdent, chapitre après chapitre, pour un récit aussi violent que troublant.

Vima a été une victime de la République théologique, torturée et violée à maintes reprises dans la prison de Devine ; une légende que l’on appelait « la 455 de Devine » tant elle était résistante et agaçait par là ses bourreaux. Lui, le Colonel, était de l’autre côté de l’horreur, chargé par le Commandeur de sécuriser le pays, en commençant par les prisons; un poste dans le secteur de la Haute Sécurité qui lui assurait une situation financière privilégiée mais lui plongeait les deux mains dans le crime, même s’il n’avait jamais fait directement couler le sang. Aujourd’hui c’est lui qui est le numéro 43221, un dossier de plus aux mains de l’Office de la réglementation pour réfugiés et apatrides, une administration indifférente qui décide s’il méritera ou non la rédemption et des nouveaux papiers dans un nouveau pays pour une nouvelle vie. Il ont un point commun : l’amour est la clé de voûte de leur destin et ils ont aimé à sens unique. Vima a tout supporté pour Dél, son amant emprisonné en même temps qu’elle et dont elle n’a plus de nouvelles; lui est fou d’amour pour son épouse astrophysicienne qui l’a forcé à s’exiler lorsqu’elle a découvert son vrai métier.
L’écriture de Fariba Hachtroudi nécessite quelques pages pour être adoptée ; très sensible, très intuitive, elle met en place une narration In media res à la première personne qui déstabilise le lecteur puisqu’il ne maîtrise pas encore le contexte…et puis le lecteur, au fur et à mesure des confessions de ces deux personnages brisés, se laisse glisser dans leur pensée. De révélations en coups de théâtre s’écrit une histoire à l’issue inimaginable.
Cette fiction soulève de multiples questions sur la véritable responsabilité des êtres et sur leurs faiblesses intrinsèques, sur la question du monstrueux et ses divers visages… Cette République théologique qui massacre, emprisonne, torture , souvent de façon arbitraire et imprévisible, ses « opposants » et mène une guerre psychologique terrible est mise en regard vis à vis d’un pays où les droits de l’homme sont officiellement brandis comme un étendard mais officieusement font du chantage à certains réfugiés politiques pour combattre le fanatisme. Où finit la fiction? Où commence la réalité? Entre passé et présent, les fantômes ont un rôle prépondérant dans cette tragédie humaine où la dictature réduit l’amour en charpie et broie les êtres sans autre forme de procès…

 » Hier je reçois un coup de fil de l’Office. ils ont besoin d’une traductrice patentée pour un remplacement. Une urgence, précise la voix métallique au bout du fil. Un dernier entretien avec un demandeur d’asile quelque peu problématique, précise l’interlocuteur que je ne connais pas. Je me dis, un remplaçant, lui aussi. Il s’agit d’un colonel de la République théologique, continue-t-il. Mais..Il me coupe, j’ai lu votre fiche, « Refuse les traductions simultanées pour militaires ou fonctionnaires étatiques de son pats d’origine. » S’ensuit un blanc. Cela dure quelques secondes. L’homme reprend, nous paierons un supplément, le double de la somme habituelle, si vous acceptez. un autre blanc. Il répète, c’est urgent. Alors. Ma réponse aurait du être non. »

Le colonel et l’appât 455
Auteur : Fariba Hachtroudi
Editions: Albin Michel
Prix: 16€
©Laurent Peters

A lire aussi:

Inaba Mayumi : Dans la douce lumière du ciel…

Le maître bonzaï : un roman qui touche à la sève et au sang

Philippe Huet et ses égarés de la plage

En cas de forte chaleur : une simple histoire de famille irlandaise…ou presque !

La passion amoureuse aux trois trésors

La passion amoureuse aux trois trésors

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à