fbpx

Touche : Fabio Alessandrini et Carlo Tolazi mêlent football et théâtre

par

Par Soisic Belin – bscnews.fr/ « Le football est la dernière représentation sacrée de notre temps » Pier Paolo Pasolini. Et si le football avait le pouvoir de révéler le jeu unique et merveilleux qu’est la vie? Si il était à son image, comme une sorte de métaphore?

Ce dernier est avant tout, un sport, un rêve que porte en soi chaque petit garçon, celui de briller sur le terrain, la balle au pied, pour faire preuve d’agilité et de masculinité. Il porte en lui des valeurs saines et populaires, celle de l’appartenance et du jeu d’équipe. Et puis de même que la vie évolue, l’enfant grandit et fait face à des obstacles, des travers… Il souhaite se démarquer, briller davantage et la corruption facile, le dopage et la triche font leur entrée sur scène.
Le garçon honnête et valeureux devient blingbling, il se détruit de l’intérieur. Cela le football l’illustre trop bien avec tous les drames qu’on lui associe à tel point que ces derniers prennent le dessus et qu’ils finissent par entacher toute une fédération. L’objectif de départ est relégué au placard et le chacun pour soi prône sur l’esprit d’ équipe. Fabio Alessandrini, réussit à mêler theâtre absurde, de par sa mise en scène originale et décalée, et témoignage poignant et revendicatif sur le monde du football italien contemporain. Un monde où les joueurs ne sont plus que des pions dopés pour marquer et payés pour perdre. » Nous étions comme des chevaux de course, nos armoires étaient des pharmacies »* C’est en compagnie de Damien Hennicker au saxophone qu’il crée un duo tragicomique qui investit avec force la scène du theatre douze. Une pièce on ne peut plus didactique, voire trop, mais que l’on conseille tout de même – histoire de remettre les crampons à l’endroit!

*déclarations des footballeurs italiens cités pendant la représentation.

Touche
Une pièce de Fabio Alessandrini et Carlo Tolazi
Avec Fabio Alessandrini et Damien Hennicker
Au Theatre Douze
Du 6 mars 2014 au 3 avril 2014

A lire aussi:

Cyclisme : la roupie des 300 sommets

Sport : Un ouvrage fréquentable pour s’entretenir

Cyclisme : Et pourtant elle tourne…

Un portrait sobre, lucide et émouvant de Laurent Fignon

Cyclisme : la santé de fer de la Petite Reine

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à