fbpx

Lénine : une biographie riche et sans complaisance

par

Par Régis Sully – bscnews.fr / Dans cette excellente biographie de Lénine, Robert Service mêle étroitement vie privée et vie publique de l’icône de l’Union Soviétique. Si la première a toujours été subordonnée à la seconde, il n’en demeure pas moins que les dix-sept premières années de Vladimir Oulianov connu plus tard sous le nom de Lénine furent déterminantes.

Lénine est né en 1870 dans une famille qui vient d’accéder à la noblesse grâce aux efforts du père, directeur des écoles de la province de Simbirsk. Dès lors, les Oulianov vont tout faire pour être acceptés des autres familles nobles de cette ville. En vain, car leur statut est trop récent. Première frustration. Tenus à l’écart, ils vont être définitivement ostracisés quand l’aîné sera pendu pour avoir projeté avec d’autres l’assassinat d’Alexandre III (1887). Désormais, le tsar et tous les suppôts du régime seront haïs par l’ensemble de la fratrie qui ne comptait plus que cinq enfants, deux frères et trois sœurs. Cette haine pour le régime et les classes qui le soutiennent marquera à vie Lénine et soudera le reste de la famille. Certes elle sera théorisée politiquement, mais restera chevillée au corps du personnage. Robert Service soulignera à plusieurs reprises cette soif de vengeance du responsable bolchevique.« Sans le dire explicitement il voulait régler ses comptes ».
Travaillé par le ressentiment, Lénine gardera malgré tout la tête sur les épaules lors de son activité militante en déportation comme en exil. C’était un militant froid et calculateur, bref un homme politique. Ainsi la famine dont il fut le témoin chez les moujiks de Samara durant l’hiver 1891-1892 ne suscita de sa part aucune compassion. De même, la Première Guerre mondiale et son cortège d’horreurs laissèrent Lénine de marbre, plus préoccupé par les querelles intestines de son parti et les conséquences bénéfiques pour la révolution à venir que pourrait avoir cet affrontement entre grandes puissances . C’était un intellectuel, lisant beaucoup, écrivant encore plus, mais éloigné des réalités et du théâtre des opérations. Prônant une approche pratique de la révolution lors de son passage à Saint-Pétersbourg il n’avait jamais rencontré d’ouvriers, les usines, il les voyait de l’extérieur. Lors du mouvement insurrectionnel de 1905 contre le régime tsariste, Lénine refusa, dans un premier temps de quitter la Suisse, son activité d’émigré avec ses débats intellectuels,ses publications et ses recherches en bibliothèques, continuait à le satisfaire. Certains militants lui en tenaient rigueur. Rassuré sur sa sécurité, il regagna enfin sa patrie « mais, il passa la majeure partie de son temps à des activités classiques : écrire des articles et opuscules et participer aux interminables discussions des comités du parti. » Son appréhension à se colleter avec la réalité sociale, à prendre des risques n’excluaient pas d’affronter les querelles internes du parti social- démocrate avec les Mencheviks, avec Plekhanov et bien d‘autres. Au cours de ces multiples querelles, il n’hésitait pas à recourir à des manœuvres inhérentes à la vie d’un parti politique. Mais, il avait un certain don pour cela, tant est si bien que parmi ses partisans certains se demandaient comment un seul homme pouvait si facilement créer la pagaille dans un parti. Reconnaissons-lui néanmoins une certaine cohérence, son but était le renversement du régime tsariste et l’installation à terme d’un régime communiste, tout le reste était subordonné à cet objectif. Sa vie privée obéissait elle aussi à cet impératif : marié à Nadejda Konstantinovna qui militait à ses côtés, elle était devenue indispensable politiquement et l’auteur soupçonne Lénine d’avoir rompu avec sa maîtresse Inessa Armand pour conserver l’aide précieuse de sa femme. Sa vie en exil, en Suisse, à Londres, Paris, Cracovie, fut celle d’un petit-bourgeois qui n’eut pas de problèmes d’argent et qui partait régulièrement en vacances quel que soit son lieu d’exil. Reste qu’il travaillait beaucoup et cela nuisait à sa santé un peu fragile.
Lénine fut plus qu’un militant, il fut aussi un théoricien qui a fait l’exégèse de la pensée de Marx et prétendait en être le dépositaire légitime. Il ajouta son grain de sel par des écrits qui suscitèrent de vives discussions parmi les militants. « Que faire? » portait sur l’organisation du parti, «Les thèses d’Avril »( 1917) invitaient les bolcheviks à prendre s’en tarder le pouvoir et « l’État et la révolution »(1917) décrivait la façon de créer un État socialiste qui passerait,au début, par la dictature du prolétariat nécessaire pour annihiler les capacités de nuisances des classes supérieures et des classes moyennes. Son apport théorique au marxisme fut considérable, mais Lénine sut toujours faire preuve de pragmatisme notamment en 1917 lors de la révolution. Son rôle y fut déterminant dans la prise de pouvoir, dans sa conservation avec la paix de Brest-Litovsk imposée par Lénine à ses camarades réticents. Sans lui, « certains moments clés de l’histoire de la Russie et du monde ne se seraient jamais produits »
Enfin, Lénine fut un homme d’État qui mit en place l’essentiel de l’appareil répressif. Il créa la Tcheka qui échappait à tout contrôle, il mit en pratique la dictature du prolétariat. L’essentiel des méthodes coercitives de l’État soviétique lui est imputable. Certes les circonstances poussaient à la répression : guerre civile, échec de la propagation de la révolution au-delà de la Russie, mais elles eurent les conséquences que l’on sait. À sa mort en 1924, Staline, son successeur, compris tout le parti qu’il pouvait tirer de la canonisation de Lénine , d’où l’exposition de sa dépouille au Kremlin et l’élévation de ses ouvrages au rang de saintes Écritures. Désormais, on ne puiserait plus ses idées aux sources du marxisme, mais aux sources du marxisme-léninisme. L’auteur classe «Lénine comme l’un des acteurs principaux de l’Histoire du XXe siècle au même titre que
Staline, Hitler, Churchill, Roosevelt, Khrouchtchev,Gorbatchev et quelques autres. ». Dans cette riche biographie, sans complaisance, l’auteur réhabilite ainsi le rôle des grands hommes dans l’Histoire.

LENINE de Robert Service – Editions Perrin – 28 €

À lire aussi :

L’Ecole : sa relation particulière avec la République

Les coiffeurs : ces hommes de l’ombre qui font basculer l’histoire

L’industrie du mensonge : entre relations publiques et démocratie

Anorexie : des témoignages bouleversants et courageux

Fidel Castro : Cuba, l’autre capitalisme

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à