fbpx
Omo Omerzu : « Les archétypes de la femme et de l’homme se rencontrent et jouent sur le terrain des enfants »

Omo Omerzu : « Les archétypes de la femme et de l’homme se rencontrent et jouent sur le terrain des enfants »

Par Candice Nicolas – bscnews.fr / Le BSC NEWS est allé à la rencontre d’Olmo Omerzu, le jeune et talentueux réalisateur slovène.

propos recueillis par

En quelques mots, pouvez-vous nous décrire l’histoire d’« Une nuit trop jeune » ?
Il ne s’agit pas de la classique histoire d’enfance ou du passage à l’âge adulte, mais plutôt d’une allégorie où les archétypes de la femme et de l’homme se rencontrent et jouent sur le terrain des enfants. Il y a une frontière très fine entre les deux mondes, mais aussi bien l’innocence que le péché virevoltent chacun leur tour de chaque côté de la barrière, en ignorant les tabous et les interdictions de notre société.

Vous parlez d’allégories des genres plutôt que d’une représentation du passage à l’âge adulte. Pouvez-vous commenter sur la personnalité de vos trois protagonistes adultes ? David est le personnage le plus âgé. Il représente la virilité, la maturité, mais c’est aussi un homme marié, prêt à partager sa maîtresse avec son meilleur ami. Il incarne la trahison, le manque de respect, l’inconstance. Kateřina embrasse un tourbillon d’émotions. C’est mon personnage le plus complexe. Elle fait preuve d’un grand instinct maternel quand elle s’occupe des enfants, mais elle est capable aussi d’exhiber son appétit sexuel devant eux. Elle est tantôt sensuelle, tantôt jalouse, tantôt forte, mais fragile aussi. Štěpán est, lui, borderline (nouvel ajout au dictionnaire cette année, profitons-en !) Il est le seul à penser que des enfants ne devraient pas être dans cette pièce. Il désire Kateřina, mais on ne parle pas de sentiments ici. Il est pourtant jaloux et frustré, et finalement insatisfait.

Comment avez-vous choisi les deux jeunes acteurs ?
Je voulais des jeunes qui faisaient bien moins que leur âge pour que le tournage soit en fait plus simple. Mes deux comédiens ont en fait quinze ans, je n’ai donc pas eu à gérer des enfants mais des adolescents, et nous avons pu avoir des discussions et relation de travail entre adultes.

Pouvez-vous commenter sur les deux duos masculins, les deux jeunes garçons, et les deux hommes ?
J’ai choisi des garçons qui ressemblaient aux hommes pour montrer que ce sont en fait des alter egos, et j’ai été comblé de voir que plusieurs spectateurs s’en sont rendu compte. Ils se ressemblent et donnent une idée de continuité entre les générations.

Kateřina est la seule femme de ce monde très masculin. Au milieu de trois hommes et deux garçons, qui est-elle, que représente-t-elle ? Comment la femme trouve-t-elle sa place dans cet obscur appartement ?
La complexité de ce personnage est à l’image de la femme, attentionnée avec les enfants, sensuelle avec les hommes. Elle est attirée par ces trois hommes qui tournent autour d’elle, pour les différentes facettes de la masculinité qu’ils représentent.

Quelle est l’importance de l’intervention du policier ? Est-il censé montrer l’impuissance de l’autorité dans la famille moderne ? Dans la société contemporaine ?
Oui, le policier devrait montrer une sorte de forme d’autorité face aux enfants. Ici, on assiste à la recréation d’une petite famille, complètement dysfonctionnelle cela dit. Les adultes sont ceux qui ont le plus besoin de retrouver leur équilibre, leur balance. Hormis le fait qu’ils soient malades et aient dû un peu vomir, les enfants, eux, vont très bien, et ne jugent pas spécialement ce qui se passe autour d’eux. C’est lorsque l’on réalise que l’on franchit les limites que l’on s’interroge alors sur les conséquences.

Où et quand le film a-t-il été tourné ?
Nous avons tourné l’année dernière, en 2011, en extérieur à Prague pour la plupart quand nous avions besoin de lumière naturelle, sinon en studio, où l’appartement de Kateřina a été reproduit au millimètre près. Impossible de tourner dans une vraie HLM avec toute la place que nécessite le matériel sur un tournage.

Quels sont les prochains festivals où le film a été ou va être présenté ?
Après Berlin et Los Angeles, il est présenté au grand festival de Karlovy Vary en République Tchèque en juillet.

Et dans quels pays le film est-il déjà sorti ?
Le film est déjà sur les écrans en République Tchèque, en Slovaquie, en Slovénie, en Allemagne, en Autriche et en Suisse allemande. Nous n’avons pas encore de dates pour la France !

Quel est votre prochain projet ?
Mon prochain film s’appelle « Family Film ». Il s’agit d’un couple et de leurs deux adolescents qui partent faire un tour en bateau et se retrouvent coincés dans une tempête. Il y a une histoire de chien qui est au cœur de l’intrigue familiale, mais je n’en dis pas plus.

À lire aussi :

Le premier homme : le film magique de Gianni Amelio

L’enfant d’en haut : la dérive d’une famille dans notre société contemporaine

P-047 : les bons plans de Kongdej Jaturanrasmee

The Iran Job : un documentaire poignant

Cinéma : Johnny X est un petit bijou explosif

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à