fbpx

Annabelle M et son histoire sans faim

par

Par Soisic Belin –bscnews.fr/ L’Anorexie racontée dans sa plus pure vérité.Sans froufrou, dentelles et autres atours, rien que des mots, des vrais, interprétés par la sublime Sandie Masson.

Comment peut-­‐on imaginer cette jeune femme, suspendue à la tyrannie d’Anna? Cette maladie quasi personnifiée qui prend votre corps en otage et le mène au loin, jusqu’à la disparition totale.Perte du poids rime bien avec perte de son identité, arrivée à un certain degré, le moral n’est plus, l’esprit se concentre et se focalise sur un but ultime : celui de perdre le kilos journalier, combattre sa faim et s’élever spirituellement. Quoi de plus pur qu’un corps sain? Débarrassée de cette graisse inutile, lymphatique et écoeurante. Sandie Masson et Fred Nony ont su donner le «La». Pas de pathos, ici on ne s’apitoie pas sur son sort!! L’actrice interprète à la fois la mère désespérée, l’inspectrice de police amère et addicte à l’alcool, la jeune malade et la femme guérie. C’est un éloge de la réussite et une revanche sur la vie. Sandie Masson co-­‐auteur et interprète de cette pièce y est très impliquée: « C’est une sorte de témoignage, pouvoir donner de l’espoir à toutes celles qui sont atteintes par ce mal et apporter une explication à celles qui vivent aux côtés de ces malades. » En effet l’actrice principale est une rescapée et elle en est fière :« L’anorexie est une obsession qui nous écarte de tout et de tous, le métier de comédienne fut pour moi une sorte de thérapie.La vie d’une anorexie est ponctuée de rituels : sportif, psychique, elle recherche la routine pour ne pas se perdre et maitriser. Prendre le contrôle de son corps à défaut de celui de sa vie. Les raisons sont multiples, la plupart du temps, la problématique est liée à une relation fusionnelle avec la mère, l’absence ou le désintérêt d’un père. » Etre anorexique c’est être dans « l’antichambre de sa propre vie ». « Cette maladie on ne l’oublie pas, même si je m’en suis sortie elle est toujours en moi ». Comme un revers adroit à ce mal vicieux, Sandie offre aux spectateurs un moment sensible, et intelligent. L’humour est également de mise car  à toute situation terrible, le rire peut être une solution.

Actuellement et jusqu’à la fin du mois d’avril 2012 aux Théâtre des Mathurins.

Auteur : Sandie Masson et Fred Nony
Artistes : Sandie Masson
Metteur en scène : Agnès Boury
Le dimanche à 17h et le lundi à 20h.
36, rue des Mathurins 75008 Paris

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à