Bernard Kron: « Des malades meurent sur des brancards car les urgences graves se mélangent avec la bobologie. Avec la pénurie de chirurgiens, une simple appendicite devient une péritonite, faute d’être opérée à temps »

Partagez l'article !

Partagez l'article !Bernard Kron, membre de l’Académie Nationale de Chirurgie et vice-président de l’Association des anciens Internes des Hôpitaux de Paris,s’évertue à tirer depuis de nombreuses années la sonnette d’alarme concernant l’effondrement de l’hôpital public et sur la détérioration des soins qui mènent dans bien des cas à des drames. Dans ce long entretien, le […]

Partagez l'article !

Bernard Kron, membre de l’Académie Nationale de Chirurgie et vice-président de l’Association des anciens Internes des Hôpitaux de Paris,s’évertue à tirer depuis de nombreuses années la sonnette d’alarme concernant l’effondrement de l’hôpital public et sur la détérioration des soins qui mènent dans bien des cas à des drames. Dans ce long entretien, le docteur Kron revient également sur la gestion de la crise sanitaire, sur la suspension des soignants et le harcèlement que subissent certains de ses confrères qui ont pris des positions discordantes par rapport à la doxa officielle.

 

Comment expliquer cette submersion dans les services pédiatriques à cause de l’épidémie de bronchiolites ?
La submersion des services pédiatriques n’est pas une surprise. Tous les ans les services sont submergés en hiver par les problèmes respiratoires aigus comme la grippe et la bronchiolite. Dans mon livre « Blouses blanches et colère noire » que j’avais commencé à écrire à cette époque, j’en expliquais les raisons. Elles sont doubles: d’abord la pénurie de personnel car le numerus clausus n’a pas été supprimé ainsi 25% des Français n’ont pas de …

Pour lire la suite et accéder en illimité aux articles de , profitez de notre offre de lancement

[Offre d'abonnement]

4,99€*

* Accès à tous les articles de par renouvellement mensuel
Abonnez-vous

Vous avez lu vos

0 articles offerts.

M'abonner à