fbpx

(Vidéo) La réintégration des soignants, une idée d’extrême-droite ? La curieuse réponse du ministre de la santé, François Braun

par
Partagez l'article !

« Je m’étonne que La France Insoumise présente une idée de l’extrême-droite italienne comme solution miracle à la crise de l’hôpital. Je le redis, la réintégration des soignants non-vaccinés n’est pas une solution. Elle est d’ailleurs rejetée par leurs collègues et leurs patients »

François Braun, le ministre de la Santé reste intransigeant : il n’y aura pas de réintégration des soignants suspendus car « non-vaccinés ». Cette prise de parole à l’Assemblée nationale, le 8 novembre lors des questions au gouvernement caractérise la politique sanitaire inflexible du gouvernement alors que l’hôpital public s’effondre et que les services d’urgence pédiatrique, à l’amorce de cet hiver, sont au bord de l’explosion.

Mais plus étonnant, c’est le parallèle que fait le ministre de la Santé au sujet de la demande notamment de la LFI sur cette réintégration, qu’il juge « comme une idée d’extrême droite » s’appuyant sur l’exemple italien du nouveau gouvernement Meloni.

François Braun explique aussi que « cela ne réglera pas les problèmes de l’hôpital loin de là. Ces soignants représentent une minorité. D’ailleurs les professionnels sur le terrain sont opposés à la réintégration des soignants non-vaccinés ». Une bien curieuse justification alors que le système de santé français est dans un état plus qu’inquiétant et que les révélations récentes de la direction de Pfizer, par l’intermédiaire de Janine Small, devant le Parlement européenn a confirmé que le « vaccin » n’empêchait pas la transmission.

Ces déclarations de François Braun ont suscité une nouvelle fois de vives critiques pour cette obstination à ne pas réintégrer ces soignants alors que plusieurs pays ont déjà passé le pas.

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à