fbpx

(Vidéo) Pénurie de profs : les très inquiétants « entretiens d’embauche » façon Job Dating

par
Partagez l'article !

« C’est une chance d’être en sous-effectif. Cela permet à des gens de voir aussi si ça leur plaît puisque au début vous avez un contrat que vous pouvez rompre (…) Pour l’affectation, c’est un petit peu au dernier moment et ça va dépendre de plein de choses… » voilà les quelques bribes tirées d’un job dating pour devenir enseignant à quelques jours seulement de la rentrée.

La pénurie d’enseignants en France est extrêmement préoccupante et n’a jamais atteinte dans l’éducation nationale pour cette rentrée 2022/2023. Après des problèmes structurels, des rémunérations basses et des conditions d’enseignements de plus en plus dégradées, le métier d’enseignant est en train semble-t-il de péricliter, laissant place à un très probable chaos dès cette rentrée.

Alors, l’éducation nationale pensait avoir trouvé la solution pour endiguer cette pénurie historique de personnels enseignants avec du « job dating ». Le principe inspiré notamment des jobs étudiants permet à n’importe quel citoyen, éloigné du monde du travail, ou épris d’une passion pour l’enseignement et la pédagogie, sans aucune formation, de postuler au sein de l’éducation nationale comme contractuel.

Depuis plusieurs semaines, les organisations de job dating fleurissent dans plusieurs académies pour tenter d’endiguer le chaos de personnels à venir pour la rentrée du 1er septembre. Les candidats se présentent lors d’un entretien et pour ceux retenus, ils bénéficient pendant 4 ou 5 jours d’une formation accélérée moins d’une semaine avant la rentrée, pour apprendre les bases du métier d’enseignant. De plus, les affectations par niveau sont pour le moins confuses car annoncées quelques jours seulement avant la rentrée.

BFM TV vient de diffuser un reportage dans laquelle une journaliste de la rédaction a tenté de se faire recruter, en caméra cachée. Et ce qu’on y voit est absolument effrayant : aucune compétence demandée, quelques questions de bon sens, pas d’information précise sur l’affectation ni sur le niveau des classes, quelques éléments vagues sur les programmes et sur la formation en elle-même. Il va sans dire que le niveau d’exigence de cette campagne de Job Dating ne semble pas axer sa sélection sur les compétences d’enseignement des candidats ni leur capacité à posséder les programmes et encore moins à juger leur pédagogie.

La rentrée scolaire devrait-elle aussi explosive tant sur le plan de la pénurie d’enseignants que sur le niveau d’enseignement proposé.

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à