fbpx

(Vidéo) Des transporteurs indépendants asphyxiés par la situation économique montent à Paris pour tenter d’échanger avec le ministre

par
Partagez l'article !

Sylvain Bres est entrepreneur indépendant dans le transport. Il y a plusieurs jours il a décidé d’aller à Paris au volant de son camion pour déposer en main propre au ministre une lettre de revendications face à la crise profonde et violente que traverse le transport indépendant.

« Les petits transporteurs, la colère monte » est intitulée la lettre qu’il tentera de déposer ce mardi 5 juillet au ministère de l’économie dans laquelle on sent poindre le désespoir de toute une profession : « Notre gouvernement est démissionnaire pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il a montré son mépris à l’égard des 1.8 million de salariés de notre branche d’activité en ne nommant même pas un secrétaire d’état ou un ministre spécialisé dans notre secteur. Il nous a également montré son mépris en nous désignant, nous, les soi-disant pollueurs pour essayer de faire rejeter la faute de son inaction climatique sur un secteur qui est à la pointe des enjeux environnementaux depuis plus de 20 ans ». Ensuite, il est détaillé précisément ce que l’inflation fait peser sur les épaules de ces transporteurs indépendants : « + 80% pour le gazole, + 20 % pour les pneus, +20% pour les charges salariales, + 20 à 30 % pour l’achat d’un véhicule, +4 % pour les autoroutes, +3 % pour les assurances, + 5% pour les salariés ».

Cette lettre met en cause également l’ouverture à la concurrence au sein de l’Union européenne qui s’avère totalement déloyale selon lui. Est évoquée également la difficulté de cette profession que le communiqué qualifie d’ »’esclavage moderne ». Enfin, les syndicats ne sont pas épargnés par ce communiqué : « Nos syndicats font le dos rond, ils se reconnaîtront toujours présents en début d’année pour encaisser les cotisations annuelles, ils disparaissent comme par enchantement dès que la situation devient difficile. » Ces transporteurs indépendants ont donné rendez-vous ce mardi 5 juillet à 11 heures, place du bataillon devant Bercy à Paris.

 

 

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à