fbpx

Syndicat Gilet Jaune: « Les grandes organisations syndicales actuelles sont devenues les partenaires du pouvoir. Il y a urgence à recréer un contre-pouvoir indépendant »

Partagez l'article !

Qui peut prétendre que les Gilets Jaunes ont totalement disparu en France et que le mouvement n’a servi à rien ? Le Syndicat Gilet Jaune s’est organisé autour d’anciens syndicalistes et de Gilets Jaunes, déçus par le rôle des syndicats dans la défense des salariés et la proximité, selon eux, entre les grandes centrales syndicales et le pouvoir.

propos recueillis par

Partagez l'article !

Mandat révocatoire, pas de subventions de l’Etat er aucun leader, le Syndicat Gilet Jaune est dans la droite ligne du mouvement. Rencontre avec le Syndicat Gilet Jaune réputé pour ses actions coup de poing en entreprise.

Quelle est la genèse du Syndicat Gilet Jaune?
Une rencontre dans la rue. C’est l’histoire de gilets jaunes qui se sont rencontrés dans la rue, sur des ronds-points et qui, unis dans le même combat, ont tissé mois après mois des liens de confiance et de respect mutuel. Face à l’absence de réponse politique, à l’image caricaturale renvoyée dans les médias et à une répression extrêmement violente, ils ont décidé de se structurer et de créer un outil de contre-pouvoir dans le monde du travail.

Qui compose le syndicat et qui en sont les fondateurs?
C’est une initiative fraternelle. Parmi ces gilets jaunes, des syndicalistes indépendants s’étaient depuis plusieurs années détachés des grandes centrales syndicales. Déjà responsables d’un petit syndicat indépendant, ils ont bâti les statuts du Syndicat des Gilets Jaunes sur des concepts clairs : Zéro subvention de l’Etat et des patrons, des mandats impératifs et révocatoires, un soutien financier de la grève qui est un levier puissant de contre-pouvoir, pas de leader dans la lumière Le syndicat est un outil au service de tous et chacun peut se l’approprier. Dans cette logique, il n’est pas pertinent de donner l’identité des fondateurs.

Quelle est cette urgence à créer « un contre-pouvoir syndical puissant » aux grandes centrales syndicales actuelles?
C’est un esprit de combat. Les grandes organisations syndicales actuelles sont devenues les partenaires du pouvoir. Elles cloisonnent les combats, les maîtrisent pour éviter tout débordement et négocient l’inacceptable. Elles sont au cœur d’un système corrompu et totalement déséquilibré en faveur des puissances financières qui mènent des politiques toxiques pour le plus grand nombre. Il y a urgence à recréer un contre-pouvoir indépendant et exigeant pour que chacun puisse vivre, fier et heureux, dans une société basée sur la justice sociale, l’instruction, la liberté, l’équité et la fraternité.

Comment fonctionne le mandat révocatoire au sein du Syndicat Gilets Jaune?
C’est une nouvelle dimension démocratique. Le mandat révocatoire est une revendication forte des gilets jaunes qui n’existe aujourd’hui ni chez les centrales syndicales, ni dans le système politique. Si un représentant du syndicat, qu’il soit élu ou désigné, trahi ses engagements au service de l’intérêt général, il peut être révoqué à tout moment par un vote des adhérents. Le mandat révocatoire est juste et contraignant vis-à-vis des représentants. Cette nouvelle dimension démocratique doit être mise en place dans tous les domaines de représentation du peuple.

Quel est le profil de vos adhérents?
Un peuple de rebelles « réfléchissants ». Des personnes qui ont la volonté de reprendre leur destin en main et qui sont prêts à tout mettre en œuvre pour sortir de la manipulation de masse et de l’esclavagisme moderne dans lequel le pouvoir actuel veut nous enfermer.

Quelle est votre stratégie pour vous faire connaître et jouer un rôle au sein de nouvelles entreprises?
Une guerre de communication. Une présentation frontale du syndicat, bienveillante mais ferme, à travers des actions de terrain créatives et musclées. Nous valorisons la diversité et l’originalité des moyens de communication : des tournées à la rencontre des gens dans toute la France, des lives à tout moment, y compris dans les réunions par souci de transparence et des spots quasi publicitaires sur les réseaux sociaux. Nos actions de communication visent à la fois les entreprises et le grand public.

 

Quel regard portez-vous sur les syndicats historiques comme la CGT, FO et d’autres ? Comment êtes-vous perçu par les autres organisations syndicales?
Un regard lucide et sans concession qui impose une révolution syndicale. Certains d’entre nous les connaissent bien car ils en sont partis. Ils ont vu les niveaux de corruption, de duplicité et de trahison des directions syndicales. Une corruption financière : les centrales syndicales sont multimillionnaires. Il suffit de consulter leurs comptes en ligne, leurs placements financiers, leur patrimoine. Pourquoi ne soutiennent-elles pas financièrement leurs adhérents qui font la grève pour défendre leurs droits ? Pourquoi n’utilisent-elles pas ces millions pour sauver nos services publics ? La liste est longue. Leur hypocrisie et leurs trahisons sont doubles : vis-à-vis de leurs militants sincères et combatifs sur le terrain qui sont pris au piège d’un système pyramidal. Et vis-à-vis des adhérents et du grand public qui assistent à des « luttes » bien cloisonnées dans lesquelles tout est déjà négocié d’avance. Les leaders syndicaux sont en lien étroit avec le pouvoir, leurs médias et bénéficient de postes juteux à l’issue de leur mandat. Pour service rendu. Ils sont totalement déconnectés des réalités du monde du travail vécues par leurs militants. Le Syndicat des Gilets Jaunes leur renvoie l’image de tout ce qu’ils ont contribué à détruire.

Quels sont vos objectifs dans les mois à venir?
Le gilet jaune comme étendard. Nous portons fièrement le nom de Syndicat Gilets Jaunes. Le gilet jaune est devenu dans le monde entier un symbole de fraternité, de résistance à l’oppression et de combat pour la liberté, l’égalité et la dignité. Il a aussi une image subversive d’électrons libres ingérables qui ne lâchent rien, ce qui fait clairement peur à l’Etat et aux directions ! C’est comme ça que nous allons instaurer le rapport de force nécessaire à l’obtention de nos revendications. Nous allons porter nos exigences de démocratie et de répartition égalitaire des richesses dans le monde du travail. Les entreprises et les établissements publics vont bientôt organiser leurs élections professionnelles pour élire leurs représentants (fin 2022, 2023). Nous voulons participer aux réunions de préparation de ces élections. Demandez à vos lecteurs de surveiller les affichages dans leurs boîtes. Nous viendrons s’ils nous contactent pour nous donner la date de la première réunion. Et pour les défendre, nous ne lâcherons rien. Ahou !

Plus d’informations sur le Syndicat Gilet Jaune : www.syndicatgj.fr

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à