fbpx

Maria Ferragu, libraire : « A l’Isle sur la Sorgue, les auteurs ne passent pas des heures derrière une table à signer les livres, ils débattent, ils échangent… »

Partagez l'article !

Partagez l'article !Quelle est la genèse de la création de votre librairie, Maria ? Et comment a-t-elle survécu à la crise sanitaire ? Le passeur de l’Isle a été créé en 1998, j’y suis arrivée en tant que salariée en 2013 et je l’ai reprise en 2015.  La librairie a été un commerce rapidement déclaré […]

propos recueillis par

Partagez l'article !
Quelle est la genèse de la création de votre librairie, Maria ? Et comment a-t-elle survécu à la crise sanitaire ?
Le passeur de l’Isle a été créé en 1998, j’y suis arrivée en tant que salariée en 2013 et je l’ai reprise en 2015.  La librairie a été un commerce rapidement déclaré comme essentiel et devant la fermeture et l’indisponibilité des autres offres culturelles, les libraires se sont bien défendus pendant la crise et le Passeur ne fait pas exception ! 2020 et 2021 ont été des années records pour nous…je pense que c’est aussi lié à la prise de conscience de nombreuses personnes qui ont compris qu’un commerce de proximité était aussi très important dans la vie d’une ville et ils ont donc privilégié leurs achats en local…
Que signifie « le passeur de l’Isle » ?
Je n’ai pas choisi ce nom car la librairie existait déjà, mais j’aime ce qu’elle dit de notre métier de passeur, destiné à transmettre un livre, la découverte de la lecture et évidemment l’isle pour l’ancrage local dans la ville de l’isle sur la sorgue.
Y-a-t-il un profil type de votre clientèle ou est-elle variée ?
Notre clientèle est variée et encore plus car nous sommes dans une région touristique, donc en fonction des saisons le public n’est pas le même !
Pour cette seconde édition du festival, quel sera le fil rouge ?
Nous voulons volontairement un festival non thématique, ce qui permet au plus grand nombre d’y trouver un intérêt. Il y aura donc des auteurs de littérature, des journalistes, des essayistes, des éditeurs, et même une auteure BD/jeunesse
Comment sont choisis les auteurs qui participeront à cette nouvelle édition ? Le sont-ils en fonction du thème ?
La particularité de notre projet c’est la force du collectif des bénévoles…donc il y a parfois des opportunités – untel qui connaît untel – mais sinon on fonctionne aux coups de cœur, aux livres qu’on a aimé, aux maisons d’éditions qu’on a envie de mettre en avant.
En lisant le programme du festival, on a l’impression que cela va au-delà d’un festival littéraire mais aussi une invitation à la découverte de l’Isle sur la Sorgue? Est-ce le cas ?
Je crois que nous avons tous à cœur de faire de l’Isle sur la Sorgue une ville où il fait bon lire ! Et comme le festival se nomme Lire sur la Sorgue nous avons décidé de le faire au sens propre et au sens figuré en ayant des lectures programmées sur la rivière (la Sorgue donc). Mais surtout je crois que ce qui est important dans ce projet c’est l’idée de la rencontre… entre les auteurs et les lecteurs, entre les auteurs entre eux… ici les auteurs ne passent pas des heures derrière une table à signer les livres, ils débattent, ils échangent…
En tant que libraire et co-fondatrice du festival, vous avez un regard privilégié sur le rôle de la lecture au sein de notre société. Êtes-vous optimiste sur le fait que la lecture pourrait reprendre une place importante dans la vie de millions de Français ? Ou alors pourrait-elle rester malheureusement une activité pratiquée par une minorité ?
Je pense que la crise sanitaire a fait entrer dans les librairies des gens qui n’y allaient pas… et je pense que ces nouveaux lecteurs sont une formidable opportunité, d’abord parce qu’ils nous obligent à adapter notre offre, à expliquer nos métiers, et aussi par que nous devons faire preuve de créativité pour les convaincre qu’ils sont au bon endroit ! Cela passe notamment par des relations privilégiées avec eux.
Par ailleurs, dans notre projet, nous développons un axe fort autour de la médiation culturelle, et nous voulons donc élargir le lectorat en allant au-delà du seul périmètre de la librairie en organisant de nombreuses actions « hors les murs » auprès de publics qui ne seraient pas forcément entrés chez nous. Ainsi, nous allons avec des auteurs dans les entreprises du territoire, dans les collèges et lycées et nous menons aussi des actions avec la mission locale ou des foyers d’accueils médicalisés! Bref, la lecture partout, tout le temps et pour tous !
Est-ce le monde de la librairie indépendante pourra-t-il survivre à la concurrence des plateformes de ventes sur Internet ?
Oui pour la simple et bonne raison que nous sommes des humains et pas des algorithmes et nous sommes donc capables de nous adapter à nos clients, de personnaliser nos offres et d’organiser des moments d’échanges comme le festival Lire sur la Sorgue !
Festival Lire sur la Sorgue
Du 17 au 22 mai 2022 à l’Isle de la Sorgue »
www.liresurlasorgue.org
(Crédit Photo: mairie de l’isle sur la sorgue)

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à