fbpx

(Vidéo) Guy de la Fortelle: « Larry Fink, le patron de BlackRock est plus puissant qu’Emmanuel Macron ! »

par
Partagez l'article !

Alors qu’Emmanuel Macron tente de s’extraire très péniblement du scandale McKinsey et plus largement de l’omniprésence des cabinets de conseil au plus haut niveau de l’Etat, l’analyse de Guy de la Fortelle sur Larry Fink et BlackRock laisse à penser que  ne serait que la partie immergée de l’iceberg.

Partagez l'article !

Guy de La Fortelle était l’invité de la matinale Ligne droite au micro de Clémence Houdiakova et de Nicolas Vidal pour ce grand entretien. Guy de la Fortelle est le rédacteur du site d’information économique et financière « L’Investisseur sans costume ». Il s’intéresse de très près à BlackRock apparu dans le champ médiatique lors de la réforme des retraites en 2019.  Jean-François Cirelli, patron de BlackRock France, expliquait il y a quelques mois encore les activités de Black Rock France en ces termes : « Nous ne sommes ni des banques ni des fonds d’investissement. Nous gérons de l’épargne qui nous est confiée par des particuliers, des compagnies d’assurance ou des caisses de retraite (…) BlackRock gère environ 5 000 milliards de dollars d’actifs, investis principalement dans les obligations d’État, les compagnies cotées et les infrastructures. Trois quarts de l’argent qui nous est confié est investi pour la gestion de la retraite, donc à long terme. »

Alors qu’Emmanuel Macron tente de s’extraire très péniblement du scandale McKinsey et plus largement de l’omniprésence des cabinets de conseil au plus haut niveau de l’Etat, l’analyse de Guy de la Fortelle sur Larry Fink et BlackRock laisse à penser que  ne serait que la partie immergée de l’iceberg.

Une analyse éclairante sur les rapports entre BlackRock, Emmanuel Macron et l’Etat français ci-dessous. Vous pouvez également retrouver ci-dessous le décryptage de Guy de Fortelle sur sa chaîne Youtube « Comment BlackRock s’est payé Macron! »

 

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à